MALMEDY

L'hôpital de Malmedy reçoit son agrément pour une IRM

L'hôpital de Malmedy reçoit son agrément pour une IRM

Dès début 2022, les patients malmédiens pourront passer une IRM aux Bruyères, à Chênée. CHU de Liège

Bonne nouvelle pour le Centre hospitalier Reine Astrid: la Région wallonne lui accorde son agrément pour l’exploitation d’une IRM.

C’est une bonne nouvelle que le CHRAM, le Centre hospitalier Reine Astrid, de Malmedy, a partagée ce jeudi sur les réseaux sociaux. «L’information était attendue de longue date en bord de Warche et elle est enfin officielle: la ministre de la Santé de la Région wallonne, Christie Morreale, qui a récemment visité les installations de notre hôpital à l’occasion des célébrations de son 60e anniversaire, vient d’octroyer au CHRAM un agrément pour l’exploitation d’une IRM», peut-on lire sur la page Facebook du centre hospitalier.

«Cela fait quelques années déjà que nous attendions cela, se réjouit le président de l’institution hospitalière, Jacques Remy-Paquay. En avril, nous avons relancé notre candidature dans un appel à projets de la Région wallonne et nous venons donc de passer la 1re étape avec cet agrément. Pour le CHRAM, cette nouvelle est le gage de son développement futur. La preuve aussi que les autorités régionales croient en son avenir. Et puis, cela va aussi renforcer l’attractivité de notre hôpital auprès de la première ligne, soit les médecins généralistes.»

Et l’IRM, qu’est-ce donc? «C’est une technique d’imagerie médicale qui utilise le champ magnétique d’un puissant aimant en combinaison avec des ondes radio afin de pouvoir reconstituer des images des organes en haute définition, explique encore l’hôpital dans son post sur les réseaux sociaux. Outre la qualité des images produites, en 2D ou en 3D, cette technique, simple et non invasive, est sans danger et a également l’avantage d’être non irradiante puisqu’elle n’utilise pas les rayons X. Particulièrement performante, elle permet de diagnostiquer avec précision de nombreuses pathologies dont des lésions cardiaques, osseuses, de l’abdomen ou du cerveau.»

Aux Bruyères dès le début de 2022

À terme, cette IRM prendra place dans la nouvelle aile qui doit être construite d’ici deux ans, selon l’objectif du conseil d’administration du CHRAM. Mais, en attendant, «les examens IRM du CHRAM se feront au CHU Notre-Dame des Bruyères à Chênée, où les séances seront exclusivement réservées aux patients malmédiens». «Nous devons encore finaliser le protocole de collaboration avec le CHU mais, normalement, les premiers rendez-vous pour les patients malmédiens aux Bruyères seront effectifs au début 2022», conclut Jacques Remy-Paquay.


Nos dernières videos