CORONAVIRUS

De Wever: «Nous avons été forcés de recourir au CST»

De Wever: «Nous avons été forcés de recourir au CST»

- BELGA

Selon le président de la N-VA, Bart De Wever, le gouvernement flamand a été mis sous pression lors du dernier Comité de concertation consacré à la gestion de la pandémie.

«Dans une pandémie où l’état d’urgence est déclaré, en vertu du plan catastrophe et de la loi pandémie, la Flandre n’a pas grand-chose à dire. Il s’agit de limiter constamment les dégâts», a-t-il déclaré au cours de l’émission Terzake (Canvas - VRT). «Nous sommes forcés d’utiliser ce Covid Safe Ticket et c’est une ‘fausse bonne idée’.»

«Le niveau flamand devait faire une chose: vacciner sa population. Nous l’avons fait brillamment, avec 92%», a ajouté De Wever. «Si une Région a 10% d’occupation sur les soins intensifs et que la Wallonie en a 15% et Bruxelles 25%. Où allez-vous renforcer les mesures? Pour le club Vivaldi, c’est en Flandre.»

Pour Bart De Wever, il aurait donc fallu agir principalement dans les deux autres régions. «On pourrait s’attendre à ce que, si le meilleur élève fait un effort supplémentaire, le plus mauvais élève fasse de même. Mais cela ne se passe tout simplement jamais».

Le président de la N-VA estime que le CST dans l’horeca est une mauvaise idée, car il crée un faux sentiment de sécurité. Cela encouragerait les gens à négliger toutes les mesures de précaution.

Selon Bart De Wever, le taux de vaccination ne peut pas être augmenté de manière significative en Flandre. D’après le bourgmestre N-VA , deux tiers des personnes en soins intensifs à Anvers ne sont pas vaccinées. «Et la plupart de ces personnes sont d’origine non-européenne. Ce sont les groupes qu’il est très difficile d’atteindre avec la vaccination», explique De Wever. «Ce ne sont pas non plus les gens qui sont assis à côté de vous au restaurant».



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos