LA ROCHE-EN-ARDENNE

L’émoi après la disparition de Mika Englebert

L’émoi après la disparition de Mika Englebert

Mika Englebert avait 37 ans. ÉdA

Michaël Englebert est décédé ce lundi en soirée. L’annonce de cette disparition inopinée provoque un très vif émoi, tant il était apprécié

Émotion, tristesse, les mots manquaient à de nombreuses personnes, notamment des Rochois, ce lundi en soirée, à l’annonce du décès de Michaël Englebert. Victime d’un malaise cardiaque ce dimanche matin, après son match avec l’équipe réserves d’Ortho, équipe dans laquelle il jouait, et où il était un authentique «clubman,» Michaël Englebert, «Mika» vient de quitter les siens. Rapidement, très rapidement, de nombreux messages ont fleuri sur la toile. Preuve, s’il en fallait une, qu’il était très apprécié, qu’il comptait pour énormément de personnes. Des messages teintés d’incompréhension, de sentiments d’injustice mais également qui évoquaient de nombreux souvenirs.

Discret

Michaël Englebert, c’était un «bon gars,» au sens le plus noble du terme, un visage souriant, une personne calme, posée, sympathique. Un certain humour également. Un homme pour qui le mot «service» n’était pas vain. Un service qu’il rendait volontiers, bénévolement, sans pour autant se mettre en avant, bien au contraire. Le terme «discret» pouvait lui être attribué sans problème. Derrière cette discrétion se cachait une personnalité plus qu’attachante, que ce soit dans ses loisirs comme dans son travail. Employé à la Maison du Tourisme «Cœur de l’Ardenne» il était en charge du «projet vélos.» »  Il apportait également ses compétences à Houffalize, au Syndicat d'Initiative, en tant qu'agent d'accueil. Partout, ses qualités professionnelles et humaines étaient reconnues par toutes et tous.

Carnaval

Mika Englebert faisait partie du paysage et du microcosme rochois. À ce titre, c’était un «carnavaleux» dans l’âme. Membre du groupe «Le cinquième élément,» il en était l’une des chevilles ouvrières. Michaël Englebert ne rechignait pas à la tâche dans ce cadre et son expertise était écoutée. En hommage, son groupe a décidé d'annuler son traditionnel blind test, prévu ce samedi soir. Mais derrière sa vie professionnelle, sa vie sociale, Michaël Englebert vouait un véritable «culte» à sa famille. Et plus particulièrement à sa compagne, Laura, et à ses deux filles. Mika Englebert avait vu le jour en mars 1984. Aujourd’hui, nombreuses et nombreux sont ceux qui pleurent un fils, un frère, un compagnon, un papa, un collègue et un ami.


Nos dernières videos