RENDEUX

Un corps découvert à Rendeux, la propriétaire de la maison témoigne

Un corps découvert à Rendeux, la propriétaire de la maison témoigne

-

La propriétaire de la maison, où le cadavre a été trouvé par des touristes à Rendux, témoigne.

Carine Noël, la propriétaire de la maison où un cadavre a été découvert, samedi soir, à Vecpré (Rendeux), par des jeunes Néerlandais, est sous le choc.

«Samedi, peu avant 21 h, en passant à côté de la maison, j’ai aperçu un combi de police et je me suis approchée, explique-t-elle. Un policier m’a annoncé tout de go qu’un cadavre avait été découvert au premier étage: cette macabre découverte m’a choquée.»

La Rendeusienne, gérante de la station-service Q8 située à proximité de cette bâtisse à l’abandon, se souvient qu’en 1999 lorsqu’elle a acheté cette maison en pierre, en même temps que la station-service, elle n’était plus occupée depuis longtemps.

«Je n’ai pas investi pour la rénover et la mettre en location, poursuit-elle. Elle est, dès lors, restée en l’état. Le 10 juillet dernier, mon fils l’a visitée dans la perspective de la rénover puis il a abandonné le projet.»

La propriétaire précise que lors de cette visite, il y a plus de trois mois, son fils a constaté que le bâtiment à l’abandon était squatté. «Il a découvert un matelas et d’autres objets et en a déduit que quelqu’un venait y loger de temps en temps. Après la macabre découverte, il a été auditionné par les enquêteurs et a précisé qu’à l’époque le cadavre ne s’y trouvait pas et qu’il n’avait rien vu de suspect.»

Selon nos informations, les jeunes touristes néerlandais qui exploraient cette maison abandonnée samedi soir, auraient été alertés par l’odeur pestilentielle.

Ils auraient ensuite découvert le corps en décomposition d’un homme sous des gravats. Des bouteilles remplies d’urine se trouvaient à proximité du cadavre.

Le laboratoire de la police scientifique et le DVI, la cellule d’identification des victimes, se sont rendus sur place. Un médecin légiste a été mandaté pour examiner le corps. À l’heure où nous écrivons ces lignes, le cadavre n’a pas encore pu être identifié.

À ce stade, selon le parquet du Luxembourg, aucun élément ne permet d’affirmer qu’il s’agit d’une mort suspecte. Le dossier n’a pas été mis à l’instruction.


Nos dernières videos