Un contrôle routier installé à Quaregnon en la présence de la ministre De Bue: «La prévention doit être complétée par des sanctions»

Un contrôle routier installé à Quaregnon en la présence de la ministre De Bue: «La prévention doit être complétée par des sanctions»

-

La ministre plaide pour l’organisation de davantage de contrôles.

En matière de contrôles et de lutte contre les comportements inadaptés sur les routes, la zone de police boraine est souvent citée comme une bonne élève, voire comme une zone pionnière. Ce lundi en fin de matinée, cette dernière a pu exposer son travail et relayer les problématiques auxquelles elle est encore régulièrement confrontée à Valérie De Bue (MR), ministre en charge de la sécurité routière.

Un contrôle routier avait ainsi été installé en collaboration le SPF Finances (services taxes) le long de la rue Jules Destrée, à Quaregnon. « Il est important d’être sur le terrain et de constater le travail de la police, de comprendre leurs éventuelles difficultés», explique la ministre. « On constate la volonté de la zone d’être avant tout pédagogue. Elle a compris l’importance d’expliquer à chacun les enjeux et les objectifs poursuivis par ce genre de contrôle.»

Des automobilistes qui ne sont pas en ordre de contrôle technique, d’assurances ou en retard sur le paiement de leurs taxes, les policiers en rencontrent quotidiennement. « Tout doit être fait pour baisser le nombre d’accidentés et de morts sur nos routes, et cela passe par une évolution des comportements des automobilistes. La prévention est indispensable et elle doit être suivie, au besoin, de sanctions. Les deux aspects vont de pair.»

Valérie De Bue plaide dès lors pour l’organisation de davantage de contrôles sur nos routes. « Ce n’est que lorsque l’on a le sentiment d’être susceptible d’être contrôlé et verbalisé que l’on adapte son comportement. Cette expérience de terrain doit nous permettre, à nous politiques, de prendre conscience de certaines choses. Nos campagnes de sensibilisation sont régulièrement axées sur la consommation d’alcool. C’est une bonne chose, mais la consommation de produits stupéfiants reste tout aussi problématique.»

Les campagnes de fin d’année pourraient dès lors être adaptées à cette réalité. Ce qui n’est pas pour déplaire aux zones de police, trop souvent confrontées à des usagers sous influence. «Nous sommes performants en la matière et nous pouvons nous féliciter de constater une diminution conséquence du nombre d’accidents avec lésions corporelles et d’accidents mortels sur nos routes mais nous devons continuer à sensibiliser la Région Wallonne et le gouvernement fédéral à la nécessité d’investir pour nous aider à en faire plus», ajoute Jean-Marc Delrot, chef de corps de la zone boraine.

Ce dernier en est convaincu, la prévention passe par la crainte et donc par la multiplication des contrôles routiers. À l’heure d’écrire ces lignes, les contrôles se poursuivent. Mais 12 PV ont déjà été rédigés par le service des taxes ce qui représente 4 800 euros. Deux retraits de permis ont été ordonnés pour une durée de 15 jours pour conduite sous influence de stupéfiants et un PV a été dressé pour détention de produits stupéfiants. Cinq véhicules étaient en défaut de contrôle technique. Enfin, 10 PV pour diverses infractions de roulage et 1 PV «arrimage» pour un camion ont été rédigés.


Nos dernières videos