article abonné offert

EMPLOI

Les jeunes veulent un boulot plus flexible

Les jeunes veulent un boulot plus flexible

En Belgique, 60% des jeunes s’attendent à ce que leur employeur leur offre la possibilité de télétravailler. .shock - Fotolia

Salaire, télétravail, horaires: la FEB a sondé les attentes des jeunes en matière d’emploi.

Comment les jeunes perçoivent-ils le marché du travail? Une enquête menée par la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) a sondé 800 jeunes de 17 à 28 ans sur cette question. Les résultats de cette étude ont été présentés ce lundi dans le cadre du «Young talent in action», un événement dont l’objectif est de réduire le fossé entre les jeunes et les entreprises pourvoyeuses d’emplois.

1.Salaire

Les jeunes belges sont relativement exigeants concernant leurs conditions salariales. Ainsi, un peu plus de la moitié des étudiants du supérieur et des jeunes travailleurs pensent que leur premier salaire devrait être supérieur à 1750 euros nets, tandis que 21% tablent même sur plus de 2000 euros nets. À ce sujet, les attentes des hommes sont clairement plus élevées que celles des femmes.

Cela dit, lorsqu’il s’agit de choisir un emploi, les jeunes sont plus attentifs au contenu de celui-ci qu’aux conditions salariales. L’intérêt pour la fonction exercée reste primordial.

Les avantages extralégaux ne sont, par ailleurs, pas une priorité pour les jeunes. En cas d’octroi d’avantages extralégaux, les chèques-repas, la voiture de société et l’assurance hospitalisation figurent néanmoins dans le Top 3. «Ce que l’on constate d’ailleurs, c’est que les employeurs surestiment souvent l’importance de la voiture de société», avance Pieter Timmermans, administrateur délégué de le FEB.

2.Flexibilité

Les jeunes déjà au travail ou aux études supérieures attendent de leur employeur de la flexibilité à plusieurs égards. Ainsi, trois répondants sur quatre espèrent avoir des horaires flexibles. «Les jeunes voient l’intérêt de travailler davantage une semaine, et moins la suivante par exemple», assure Monica De Jonghe, directrice générale de la FEB.

Par ailleurs, 59% des sondés s’attendent à ce que leur employeur leur offre la possibilité de télétravailler.Une infime minorité (7%) serait prête à bosser uniquement à domicile. «Mais la formule favorite est un mix, et consiste à travailler trois jours au bureau et deux jours à la maison.» Notons que l’immense majorité des employeurs interrogés dans le cadre de cette enquête sont conscients de ce désir de flexibilité.

3.Durabilité

La notion de responsabilité sociétale fait partie des points de divergence entre les jeunes et leurs employeurs. Si la plupart des employeurs (84%) affirment que l’environnement et les enjeux sociétaux font partie des valeurs de leur entreprise, la moitié des jeunes pensent que les sociétés belges n’en font pas suffisamment. Selon ces derniers, les trois défis les plus importants sont le changement climatique et la pollution atmosphérique (41%), la pauvreté (35%) et le respect des droits de l’homme (racisme, liberté d’expression, etc.).

«Les jeunes recherchent un employeur qui s’engage pleinement dans ces défis sociétaux, affirme Pieter Timmermans. C’est sans doute l’élément qui a le plus évolué par rapport à nos dernières études, et dont il faudra évidemment tenir compte.»

Nos dernières videos