NAMUR

VIDÉOS| Namur: à travers l’écran, tous extraordinaires, depuis dix ans avec le TEFF

VIDÉOS| Namur: à travers l’écran, tous extraordinaires, depuis dix ans avec le TEFF

Intimes ou au grand air, les 55 séances namuroises de cinéma extraordinaire et les événements liés ne feront pas de différence, faisant communier les publics. Julian Hills/Capitaine Fantastique

Du 10 au 14 novembre, le Delta servira de cadre au 6e Extraordinary Film Festival (TEFF) qui espère continuer son ascension et rassembler mieux que ses 7300 visiteurs de 2019. Parce qu’il fait œuvre utile et spectaculaire.

Dix ans après sa première édition, The Extraordinary Film Festival est devenu un festival majeur, qui compte dans le Monde et la Culture qui se fait pour et avec tous. À l’heure où certaines superproductions peuvent parfois manquer de courage et d’ambition (quand un personnage non-valide devient rôle de composition pour acteur valide et bankable, alors qu’il y avait peut-être une chance à donner…), le cinéma ne manque pourtant pas de pépites inclusives.

Pour preuve, en vue de la tenue de son événement biennal, l’ASBL EOP! (pour Extra Ordinary People) a reçu près de 380 films (un peu moins qu’il y a deux ans, pandémie oblige), longs ou courts, de fiction ou documentaire, en animation ou en prises de vue réelles. Sélection faite, il en reste 56 émanant des quatre coins du globe: Mexique, Pologne, Australie, Islande…

«Ce qui fait notre reconnaissance à l’international – et vivement qu’elle arrive en Belgique, explique Luc Boland, l’organisateur du festival, c’est notamment notre intransigeance sur la qualité des films. Cette année, par exemple, il n’y aura pas de long-métrage de fiction en compétition (NDLR. 12 prix remis), car nous n’avons pas jugé assez qualitatifs ceux qui nous avaient été proposés. »

Notons qu’il y aura tout de même un buddy-road movie d’1 h 30, et non des moindres, en gala d’ouverture, le mercredi 10/11 à 20 h: Presque de l’«Inconnu» Bernard Campan et du philosophe infirme moteur cérébral Alexandre Jollien. «Un sacré événement, puisque le film ne sortira qu’en février en Belgique, s’enthousiasme Luc. Alexandre et Bernard ne pourront malheureusement pas être des nôtres mais j’ai pu les rencontrer lors d’une interview filmée qui sera diffusée lors de la séance. »

VIDÉOS| Namur: à travers l’écran, tous extraordinaires, depuis dix ans avec le TEFF
Presque

Covid faisant encore des siennes, d’autres invités prêts à débarquer à Namur, des Mexicains (dont les vaccins ne sont pas reconnus en Europe) ou des Australiens par exemple, devront aussi se résoudre à envoyer quelques vidéos de présentation et d’explication de leurs œuvres, à la place des débats en chair et en os qui rythment habituellement le rendez-vous.

Toutes les émotions, toutes les sensations

Cela dit, l’équipe se réjouit de pouvoir tenir son festival en présentiel pour accueillir des invités mais aussi le public, équipé de son Covid Safe Ticket. «Le festival, ce n’est pas l’entre-soi ni l’autocongratulation. Si 5% de nos spectateurs sont porteurs d’un handicap, qu’on trouve aussi des professionnels du secteur et des proches, les 90% de notre audience sont composés de cinéphiles et du grand public. De toute façon, handicap ou non, ne sommes-nous pas tous extraordinaires? Par le simple fait de se tenir debout face aux questions existentielles de la vie?»

Au fil des sessions réunissant le plus souvent les thématiques, les festivaliers passeront par toutes les émotions.

Morceaux choisis: l’odyssée d’un jeune autiste qui a conçu son Titanic de 11 m de long avec des Lego; l’abnégation de cette femme dont le mari est tombé dans le coma à la suite d’une piqûre et à qui elle envoie tous les jours un SMS en attendant son réveil; le périple de cet Indien aveugle qui enregistre quotidiennement tous les sons de sa ville et les mixe le soir venu; le décloisonnement total so english procuré par une troupe de drag-queens trisomiques; un pamphlet de la vie en institution ou encore le défi de ce cuisinier qui, par le pouvoir du cacao permet à des personnes ayant perdu la mémoire olfactive et gustative de retrouver le sens du goût!

Vite dit

Jury

Le jury du festival sera présidé par l’acteur belge star de la télé française, Bernard Yerlès, et composé du scénariste-acteur en fauteuil roulant Adda Abdelli (la série Vestiaires, conférence le 11/11), de l’humoriste bègue Valentin Reinehr (one-man-show, le 13/11), de l’artiste-peintre et influenceuse Sarah Talbi, née sans membres supérieurs, et de l’auteur-conférencier et pilier du festival Josef Schovanec, autiste Asperger (conférence le 12/12 sur le thème Handicap et Covid: manuel de survie en période de confinement).

Lou B. avec son band

Le 12/11, le «fils du patron», sans qui le festival et sa bande-son n’existeraient pas, Lou B. sera en concert avec son band. Doté d’une oreille absolue, l’attachant demi-finaliste de The Voice Belgique fera le show.

Expositions

Dans les murs du festival, deux expositions seront proposées: des aquarelles de la jurée Sarah Talbi «dont les pieds deviennent quelques fois les mains» et des photos de gens ordinaires par Julian Hills. Plus largement, la ville elle-même s’exposera à travers les commerçants participant au concours de vitrine.

Faits ton court, pour la 1re fois

Lors d’une séance unique le 13/11 à 14 h, 15 films de moins de 2 minutes réalisés par monsieur et madame-tout-le-monde seront projetés. Ils concourront pour le premier prix du public Fais ton court.

Infos sur teff.be. Différents pass et tickets disponibles à des tarifs préférentiels en prévente.


Nos dernières videos