MUSIQUE

L’actu musicale de la semaine: du belge avec Oscar and the Wolf, Angèle et BRNS

L’actu musicale de la semaine: du belge avec Oscar and the Wolf, Angèle et BRNS

Oscar and the Wolf passe par toutes sortes d’émotions qu’il explore dans son 3e album. Arber Sefa

Le Belge Max Colombie explore les tréfonds de son âme pour offrir un album plus lumineux. Quoique, à bien l’écouter, la noirceur n’est jamais bien loin.

Très impatient de faire entendre son 3e album, The Shimmer, Oscar and the Wolf (de son vrai nom, Max Colombie) se révèle toujours aussi contrasté.

Entre mélodies plus joyeuses et textes osant la tristesse, The Shimmer est à l’image de son interprète: envoûtant. D’ailleurs, Max Colombie assume parfaitement cette ambivalence et la mélancolie qui imprègne tout l’album.

«Quand on a commencé à écrire l’album, on était dans ma nouvelle maison, c’était l’été… On était au milieu de la nature et des fleurs et on a voulu raconter une histoire sur le bonheur d’être là mais aussi sur la mélancolie liée à cet été qui s’échappe et qu’on ne peut pas faire durer éternellement, explique Max Colombie. C’est pour ça que l’album sonne de façon plus lumineuse que ce que j’ai fait auparavant. Mais la mélancolie est toujours présente, on la retrouve dans la façon dont je chante: ma voix apporte ce contraste entre la musique lumineuse et la tristesse que l’on peut néanmoins ressentir à son écoute.»

L’exemple le plus frappant est certainement le titre Livestream, qui donne clairement envie de prolonger indéfiniment l’été.

Mais cette délicieuse langueur est immédiatement contrebalancée par des textes beaucoup plus sombres, presque de détresse comme celui de Ghost of You.

Assumer ses émotions

 

Changeant et insaisissable, Mac Colombie explore ses émotions et les livre sans fards. «Je crois que The Shimmer montre une version plus mature de moi-même, plus assumée. Max n’est pas un artiste mais j’ai créé un artiste à partir de Max. J’aime incarner un personnage. Je peux être un Don Juan une seconde, puis basculer dans le rire. Parfois, je me sens comme un Vilain, parfois comme un vampire, parfois comme Rihanna (rires). Je suis toutes ces personnages à la fois.»

Un artiste avec une face brillante et une autre plus sombre qu’il trouve bien plus intéressante à explorer. «L’obscurité a une profondeur plus intéressante que le simple bonheur. Je pense toujours que lorsque quelqu’un meurt, l’émotion est plus forte que lorsque quelqu’un naît. Quand quelqu’un naît, vous pouvez créer quelque chose, avoir une connexion et vous avez encore de l’espace et du temps devant vous, mais quand quelqu’un disparaît, cet espace meurt. Vous n’avez plus de perspectives avec lui: il ne vous reste que vos rêves. Cette douleur et le lâcher prise qu’elle implique sont plus intéressants.»

Toutes ces facettes, ces émotions, ce vague à l’âme, on les retrouve sur The Shimmer, condensé par la maestria de Jeroen De Pessemier et du multi-instrumentiste Ozan Bozdag, les deux fidèles compagnons d’Oscar and the Wolf. Eux qui le connaissent si bien et qui parviennent à saisir sa part de jeu et sa part de sincérité pour les transcrire dans l’album.

«Un album c’est comme une pièce de théâtre. Avec The Shimmer, vous allez entrer dans mon monde, traverser les saisons et devoir assumer les émotions qu’elles vous inspirent.» Il vous aura prévenu…

(Fanny GUILLAUME)

«The Shimmer», Pias – En concert le 30/04 au Sportpaleis d’Anvers.

 

Les autres sorties de la semaine

L’actu musicale de la semaine: du belge avec Oscar and the Wolf, Angèle et BRNS
-
BRNS, du côté lumineux de la Force (***)

Depuis 10 ans, BRNS propose sa musique avec force, talent et convictions.

Un rock exigeant et sans concession qui les pousse hors des radars des radios et des listes d’écoute de streaming.

Le groupe revient avec Celluloïd Swamp, un album foisonnant qui s’autorise des détours plus pop et auquel la voix de la nouvelle venue, Nele De Gussem, apporte une douceur enveloppante. (F.G.)

BRNS, «Celluloid Swamp», Pias – En concert, le 28/01 au Bota.

L’actu musicale de la semaine: du belge avec Oscar and the Wolf, Angèle et BRNS
-
No one is innocent, haute tension (***)

Depuis 30 ans, No one is innocent déverse sa rage et ses cris de colère sur des albums à l’esprit punk mais au son rock/métal, comme un cousin français de Rage against the machine ou les frangins de Mass Hysteria.

Les violences policières, les réseaux sociaux, l’extrême droite: ça ne rigole pas avec les sujets abordés sur Ennemis qu’on prend comme une décharge électrique. Haute tension assurée! (P.B.)

No one is innocent, «Ennemis», Verycords.

L’actu musicale de la semaine: du belge avec Oscar and the Wolf, Angèle et BRNS
-
Jean-Louis Murat, cow-boy funky (**)

En lui donnant le nom d’un héros de BD petit format qui l’a bercé, Jean-Louis Murat inscrit sa nouvelle galette dans un western tout français.

L’Auvergnat ne fait pourtant pas de country mais se la joue funky et groovy, dans la lignée de son précédent album.

Prise dans ce courant inattendu, la voix du chanteur, qui n’a jamais sa langue en poche, reste posée. Pas question d’envolées aiguës dans cet album qui joue bien mais se la coule un peu trop douce. (A.Se.)

Jean-Louis Murat, «La vraie vie de Buck Jones», Pias.

L’actu musicale de la semaine: du belge avec Oscar and the Wolf, Angèle et BRNS
-
Lana Del Rey, généreuse (***)

Sept mois à peine après la sortie de Chemtrails Over The Country Club, et Lana Del Rey est déjà de retour avec un nouvel album.

Ce 8e généreux volume (15 titres) contient quelques perles comme le très rétro Thunder avec ses chœurs sixties.

Ou des titres très classiques, «très Lana Del Rey» à la Summertime Sadness, comme Black Bathing Suits ou Wilflower Wildfire avec ses airs de Tori Amos, son piano et sa voix sur le fil. (A.Vt.)

Lana Del Rey, «Blue Banisters», Universal.

 

Le clip de la semaine

 

Angèle l’annonçait en ce début de semaine, elle ferait son grand retour ce jeudi avec le premier extrait de son prochain album très attendu. Trois ans après le succès de Brol et près de deux ans après son dernier single, Oui ou non, la chanteuse a donné rendez-vous à ses fans en direct sur YouTube à 17 heures pour découvrir le clip de son nouvel extrait.

Comme Stromae faisait du Stromae la semaine dernière, Angèle fait du Angèle, et elle le fait plutôt bien.

L’interview de la semaine

 

Pierre Lisée sort un 1er EP «apocalyptique»

Le chanteur modavien Pierre Lizée (ancien candidat de The Voice) dévoile Survive an apocalypse, une référence à peine voilée à ces deux années de pandémie qui ont chamboulé nos vies.

Il nous a parlé de cette première expérience dans une interview à retrouver ici.

Le juke-box de la semaine

 

Damon Albarn (Blur, Gorillaz, The Good The Bad and The Queen) dévoile The Tower of Montevideo, le dernier single en date de son album, The Nearer the Fountain more Pure the Streams Flows, qui sortira le 12 novembre.

Animal collective annonce la sortie de son nouvel album, Time skiffs for, le 4 février. Et pour patienter jusque-là on vous fait découvrir leur dernier single, Prester John qui vient juste de sortir.

Le groupe Bastille donne de ses nouvelles avec le single No Bad Days qui annonce la sortie d’un nouvel album (Give me the Future), le 4 février.

Algorithm, l’album de Snoop Dog sortira finalement le 12 novembre. Et pour patienter, il a dévoilé le clip de Big Subwoofer… On vous laisse apprécier.

Le Belge Milow revient sur le devant de la scène avec le single Delorean qui annonce un album à venir au printemps.

On vous propose d’en découvrir le clip:

Nos dernières videos