article abonné offert

SANTÉ - BELGIQUE

INFOGRAPHIES | Covid: pourquoi les dernières tendances belges inquiètent autant

INFOGRAPHIES | Covid: pourquoi les dernières tendances belges inquiètent autant

Les dernières tendances «Covid» sont assez préoccupantes, estiment les autorités belges. realstock1 - stock.adobe.com (Illustration)

En Belgique, depuis plusieurs jours, les tendances «Covid» grimpent au point d’évoquer une quatrième vague. Mais pourquoi les autorités et les experts s’inquiètent-ils autant de l’évolution des derniers chiffres? Tentative de réponse.

Alors qu’il y a dix jours encore, le centre de crise évoquait une situation «relativement stable», et que les chiffres bruts actuels n’ont rien de comparable avec ceux de la deuxième vague, le discours concernant la pandémie de coronavirus a désormais beaucoup changé. En cause, des tendances jugées de plus en plus préoccupantes.

Mais finalement, en quoi les dernières statistiques «Covid» publiées par l’Institut de santé publique sont-elles si inquiétantes? Qu’est-ce qui pousse le ministre Frank Vandenbroucke à inviter les Belges à se «serrer les coudes afin de contenir la quatrième vague de la pandémie»?

Début de réponse, sur base des chiffres de Sciensano.

 

1Des contaminations aussi nombreuses qu’en novembre 2020

 

Depuis début octobre, le nombre moyen de contaminations hebdomadaires ne cesse d’augmenter en flèche. Alors que l’on recensait près de 2.000 infections quotidiennes en moyenne au début du mois de septembre, la Belgique en enregistre désormais près de 3.250!

 

 

 

Symbole de cette hausse impressionnante, Sciensano a dénombré 6.466 contaminations au SARS-CoV-2 sur la seule journée du 18 octobre. C’est la première fois depuis le 12 novembre 2020, durant la deuxième vague, que les autorités constatent autant de patients infectés. À l’époque, 6.484 personnes avaient été testées positives au virus sur notre territoire.

 

2Un taux de positivité en hausse constante

 

Étroitement lié avec le nombre de contaminations enregistrées, le taux de positivité (soit le nombre de tests PCR annoncés positifs) ne cesse également de grimper fortement depuis un mois.

+ À LIRE AUSSI | Covid: qui sont les 40.000 contaminés du mois d’octobre?

D’après les derniers chiffres diffusés par les autorités belges, il devrait avoisiner les 6,8% pour la semaine du 11 au 17 octobre. Soit le taux le plus élevé jamais atteint depuis la rentrée scolaire.

+ À LIRE AUSSI | Yves Van Laethem: «Je pense qu’on aura une vaguelette, une de plus»

Et selon les prévisions, le taux de positivité devrait poursuivre son ascension puisqu’il est estimé à 8,3% pour la semaine en cours. Signe que de plus en plus de Belges sont testés positifs au nouveau coronavirus.

 

 

 

 

3Deux fois plus d’hospitalisations en une semaine

 

Même si la vaccination permet de contenir le nombre d’hospitalisations, ce sont 130 patients «Covid» qui viennent d’être admis dans les unités de soins du Royaume. Un nouveau record depuis 5 mois et les 141 admissions recensées le 19 mai.

 

 

 

Mais plus encore que les chiffres bruts qui restent (pour le moment) acceptables, c’est leur évolution qui inquiète. Et pour cause, en une semaine, l’Institut de santé publique a noté une hausse de 53% des hospitalisations quotidiennes. La hausse dans les soins intensifs frôle quant à elle les 20%.

 

4Un tiers de décès supplémentaires

 

Même s’il ne s’agit pas de la tendance la plus marquante, force est de constater que le nombre de décès imputés au coronavirus est également en augmentation.

 

 

 

Avec une hausse hebdomadaire de l’ordre de 32%, la Belgique dépasse donc de plus en plus régulièrement le seuil des dix décès quotidiens dus au SARS-CoV-2. Avec, le 11/10 et le 18/10, un pic à 18 décès que l’on n’avait plus atteint depuis le 30 mai.

 

5Un virus qui se propage de plus en plus vite

 

Enfin, parmi les tendances qui expliquent les craintes grandissantes des autorités belges, on retrouve l’évolution du taux de reproduction.

 

 

 

Sous le seuil symbolique de 1 - ce qui signifie que la propagation du coronavirus ralentit - depuis le début du mois de septembre, le Rt a bondi jusqu’à 1,21 lors de la dernière semaine complète. Et comme pour le taux de positivité, il est en passe de poursuivre son ascension. Ce qui indique que le SARS-CoV-2 se propage désormais chaque jour un peu plus vite, avec le risque qu’il n’infecte plus de Belges et qu’il ne donne plus de travail encore aux soins intensifs.



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos