CORONAVIRUS

Le Covid Safe Ticket attaqué en justice, Elio Di Rupo réagit: «Mourir libre, c’est mourir»

Elio Di Rupo était l’invité de la matinale de Bel RTL ce jeudi. Il a évoqué l’instauration du Covid Safe Ticket en Wallonie.

Le ministre-président wallon a réagi aux chiffres du covid et à la perspective d’une quatrième vague, annoncée mercredi par le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke qui évoquait à la télévision flamande une possible hausse des cas d’infections et d’admissions dans les hôpitaux.

«Je partage ce qu’a dit le ministre fédéral de la Santé», a dit Elio Di Rupo. «On sous-estime le danger du virus et des variants. Pourtant, il conduit à la mort».

On sous-estime le danger du virus et des variants. Pourtant, il conduit à la mort

En Wallonie, le taux de vaccination atteint 82% pour la population de plus de 18 ans. «La vaccination n’est pas suffisante», a-t-il poursuivi. «Certains citoyens semblent ne pas comprendre, mais un vaccin offre 90% de couverture. Des personnes avec un taux d’anti-corps relativement faibles qui seraient en contact avec des personnes non-vaccinées, porteuses du virus, s’exposent à un risque de contamination. Dès lors la seule solution est que tout le monde se vaccine.»

Pas de vaccination obligatoire, sauf pour certaines professions

Le ministre-président a été questionné sur la vaccination obligatoire. «La vaccination obligatoire généralisée n’est pas à l’ordre du jour. Pour certaines professions, comme le personnel soignant, je pense que c’est une des solutions. C’est en cours.»

Elio Di Rupo a évidemment réagi sur l’instauration du Covid Safe Ticket en wallonie le 1er novembre, adopté ce mercredi au parlement wallon. «Nous voulons mettre à l’épreuve ce Covid Safe Ticket. Nous espérons que cela va freiner la propagation du virus.» Ce CST entre en vigueur le 1er novembre, jusqu’au 15 janvier. «N’oublions pas que ce virus conduit à la mort», a poursuivi le Ministre-Président. «Nous tentons de protéger au maximum nos concitoyens et aujourd’hui, le seul moyen que nous avons c’est la vaccination», a-t-il répeté.

Je suis le plus grand défenseur des libertés individuelles mais mourir libre, c’est mourir

Le CST attaqué en justice: «Trop facile d’évoquer la liberté»

Questionné cette fois sur le contrôle et le respect du CST en Wallonie. En a-t-on les moyens? «Cela se passe bien aux Pays-Bas, en France, en Allemagne, au Grand-Duché du Luxembourg. Il faut un peu de bonne volonté. Cela se fera naturellement», avant d’avancer qu’il existerait une version papier de ce CST pour éviter la fracture numérique.

Ce CovidScan (l’application en lien avec le Covid Safe Ticket) a déjà été attaqué en justice, avant même son instauration. Une action en référé devant le tribunal de première instance de Bruxelles a été introduite visant la suspension de l’application pour lire les QR code du CST. Elio Di Rupo a réagi. «C’est trop facile d’évoquer la liberté de ceci, la protection des données. Je suis le plus grand défenseur des libertés individuelles mais mourir libre, c’est mourir», a-t-il martelé dans l’Invité de Bel RTL. «Il ne faut pas porter atteinte aux libertés des citoyens, mais les protéger sur le plan de la santé».



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos