article abonné offert

NAMUR

Instants cadrés: comme une salle des pas perdus

Instants cadrés: comme une salle des pas perdus

Fière allure, port altier, et parés de leurs plus beaux habits, tous ces Namurois anonymes des siècles derniers remontés à la lumière nous fixent tendrement, sans ciller. EdA

Par la magie d’un fonds de portraits photographiques, les Archives de l’État ressuscitent quelque 150 visages, seuls et anonymes. L’exposition, Instants Cadrés, s’ouvre ce jeudi matin.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 40 des 902 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?

Nos dernières videos