article abonné offert

DAVERDISSE

BILAN MI-MANDAT | À Daverdisse, la continuité face à une minorité réduite

Avec une majorité renforcée, l’équipe de Maxime Léonet a pu poursuivre sur la lancée à Daverdisse. Et 2024? Encore loin pour tous…

La victoire était nette en 2018 à Daverdisse. La liste de Maxime Léonet, rebaptisée Pour!, décrochait sept sièges sur neuf, gagnant même un strapontin par rapport à 2012. Et le bourgmestre rempilait pour un second mandat mayoral. Pour l’autre liste, Comm’une Action, qui a obtenu seulement deux élus, la situation était pour le moins particulière. La minorité sortante ne s’était pas représentée. Luc Daron, devenu conseiller indépendant – après son départ du collège – avait initié cette seconde liste constituée de candidats sans expérience d’élus. Lui-même n’en avait pas pris la tête. Olivier Guichard, tête de liste, avait été élu, tout comme Anne De Vlaminck. Mais tous deux ont vite démissionné. Si bien que les suppléants ont été appelés; d’abord Luc Daron puis Lise Johnson.

«La minorité ne preste pas en dehors du conseil»

Le bourgmestre Maxime Léonet estime que «la minorité ne preste pas en dehors du conseil». Le maïeur et le Premier échevin Jean-Claude Vincent évoquent, eux, une présence sur le terrain de leur équipe. «Nous avons profité d’«être enfermés» durant la crise du Covid pour monter des dossiers», souligne aussi Maxime Léonet.

La minorité a, elle, bien conscience de sa petite place. Luc Daron parle d’une «minorité qui est très minoritaire». Le conseiller de pointer néanmoins: «Malgré cette faible représentation, nous estimons que notre rôle est essentiel pour la démocratie et cela force la majorité à se remuer plus. Lors de chaque conseil, nous étudions l’ensemble des dossiers et nous amenons nos idées, par des réflexions et des suggestions qui ne sont pas souvent du goût de la majorité».

Lise Johnson juge, elle, que la majorité devrait «mieux valoriser ce qui se fait».

La majorité, pour sa part, avance son bilan avec une vision à long terme. «C’est le cas avec un PCDR qui ne peut être finalisé en une législature vu les étapes», cite le bourgmestre.

Et pour 2024? Personne ne se positionne quant au fait de rempiler. Car en 3 ans, beaucoup de choses peuvent arriver. «Nous devons parfois faire face à des retours négatifs, aux réseaux sociaux et à la délation, accentuée en période de Covid; il faut donc rester motivés», répond Maxime Léonet, qui comme il y a 6 ans, a mi-mandat, ne s’avance pas. Même son de cloche du côté de Comm’une Action, liste qui de toute façon devrait se reconstruire en partie.

Luc Daron donne un 6/10 à la majorité

BILAN MI-MANDAT |  À Daverdisse, la continuité face à une minorité réduite
-- COMMENTAIRES -- Luc Daron EdA
«À la question, ‘‘Suis-je satisfait du travail de cette majorité?’’, je vais être positif et je donne une cote de 6/10 pour l’ensemble du travail accompli. Je ne l’évalue pas plus car je constate que beaucoup de choses restent à réaliser et qu’il y a pas mal d’effets d’annonce. Nous espérons pouvoir continuer notre travail dans la sérénité, dans l’intérêt de notre commune et de tous ses citoyens.»

Ce qui a été réalisé

– La rénovation de l’école communale de Haut-Fays, dossier initié sous la précédente législature, a été finalisée.

– Le relevé du petit patrimoine.

– La mise en place de primes pour la population (connectivité pour les seniors, pour les étudiants, prime à la place des parts de bois d’affouage, prime pour les accueillantes…).

– La poursuite d’un plan d’actions en faveur de l’énergie durable (PAED).

– Des travaux de voirie dont le vaste chantier lancé au printemps dernier dans le village de Daverdisse; qui a vu un chantier communal mêlé à des travaux de la SWDE et de Proximus. Le tout vient de se terminer. «Dans les délais annoncés», souligne l’échevin Jean-Claude Vincent.

– Les premières conventions, en concertation avec Idélux Eau, pour étudier les possibilités de nouvelles stations d’épuration à Daverdisse, Porcheresse et Gembes. «Elles ne seront pas construites tout de suite mais la réflexion est lancée pour une échéance qui pourrait être de 10 ans», relève Maxime Léonet.

Ce qu’il reste à faire

- Le PCDR (programme communal de développement rural) traverse la mandature. Les travaux d’aménagement du cercle Saint-Gérard à Gembes en maison du village sont entamés et les lieux devraient être opérationnels pour l’été 2022. Les dossiers de réhabilitation du presbytère de Haut-Fays en maison des associations et celui du cœur de village de Porcheresse sont à l’agenda. La voie lente vers Graide, projet mené conjointement avec Bièvre, est praticable. Mais du mobilier doit encore être installé.

- Le futur de la zone de 1,78 ha rachetée à Haut-Fays à la société de logements Ardenne et Lesse à Haut-Fays. «Nous avons acquis ces terrains à condition de ne pas les céder à un privé avant 10 ans, rappelle Maxime Léonet. Mais nous pouvons déjà envisager l’aménagement de voiries et d’équipements collectifs. Ceux qui seront en place dans 10 ans pourront décider de ce que la commune fera de la zone.» L’une des pistes serait de privilégier de jeunes ménages.

- Des plantations le long de voiries agricoles.

Un tiers du conseil a changé

BILAN MI-MANDAT |  À Daverdisse, la continuité face à une minorité réduite
Installation du conseil en décembre 2018. De gauche à droite: Olivier Guichard, Anne De Vlaminck, François Poncelet, Mylène Leyder, Maxime Léonet (bourgmestre), Marie-Noëlle Nicolas (présidente de CPAS), Emmanuel Léonard (2e échevin), Patricia Poncin (3e échevine), Jean-Claude Vincent (1er échevin) EdA
La photo prise lors de l’installation du conseil communal en décembre 2018 fait bien partie des archives, vu plusieurs départs. Tête de liste Comm’une Action, Olivier Guichard a quitté le conseil au bout de 9 mois à peine «pour raisons personnelles». Début 2020, c’est Anne De Vlaminck qui démissionnait pour raisons de santé. En mars 2021, au sein de la majorité cette fois, François Poncelet est monté au collège en remplacement d’Emmanuel Léonard, démissionnaire tant de ses fonctions d’échevin que de conseiller pour motifs professionnels. Il a intégré le personnel communal de Daverdisse comme responsable au sein du service des travaux, fonction incompatible avec un mandat politique dans la commune devenue son employeur. Dominique Lambert est arrivée au conseil pour occuper le siège de la majorité laissé vacant.


Nos dernières videos