article abonné offert

HUY-WAREMME

Un labo de cocaïne démantelé à Strée, 580 kilos de pains de cocaïne saisis

Un labo de cocaïne démantelé à Strée, 580 kilos de pains de cocaïne saisis

580 kilos de pains de cocaïne ont été découverts. Reporters/DPA

Ce lundi, 23 perquisitions ont permis la découverte d’un laboratoire de cocaïne à Strée, d’un lieu de stockage à Ferrières. 580 kilos de pains de cocaïne ont été saisis, 27 personnes ont été arrêtées.

Grosse opération de la police fédéral ce lundi, dès 5h du matin. Une organisation criminelle a été démantelée, elle visait un trafic international de cocaïne. Dans ce dossier du parquet fédéral que dirige un juge d’instruction liégeois, la PJF de Liège a mené conjointement 23 perquisitions, qui ont permis l’interpellation de 27 personnes.

Ces perquisitions ont eu lieu en province de Liège principalement. Et là, on parle de Huy, Modave (Strée plus exactement), Ferrières, Amay, Comblain-au-Pont, Aywaille, Verviers et Herve. Genk et Temse (en Flandre orientale) étaient aussi visés. La police judiciaire fédérale de Liège était secondée par ses homologues de Namur, Limbourg, Flandre orientale. Mais aussi des unités spéciales et de l’appui canin de la police fédérale ainsi que des services de la direction générale de la police administrative. Plus de 300 policiers ont été engagés dans cette opération, ainsi que l’armée pour certaines fouilles.

Une enquête lancée il y a trois ans

Cette enquête a été lancée il y a trois ans via la division stupéfiants de la police judiciaire fédérale de Liège. Elle était placée sous la direction du juge d’instruction du tribunal de 1re instance de Liège, division de Verviers. Elle a permis de découvrir les activités d’une organisation criminelle en province de Liège mais aussi à l’étranger (notamment aux Pays-Bas et en Espagne). Plus de 15 tonnes de cocaïne auraient ainsi transité par la Belgique. Différentes saisies (plusieurs centaines, voire milliers de kilos de cocaïne) sont à rattacher à cette organisation dont la structure criminelle a été identifiée via l’exploitation du réseau téléphonique crypté utilisé par la criminalité.

L’enquête a permis de mettre au jour des laboratoires de traitement de cocaïne, des lieux de conditionnement et de stockage. Des dépôts de déchets chimiques ont été découverts en province de Liège ainsi qu’un réseau de distribution et de revente de la drogue. Plusieurs suspects seraient aussi impliqués dans la production et la revente de cannabis. Des propriétés et des biens ont été identifiés et/ou saisis. Parallèlement, deux perquisitions ont été menées en Espagne et un suspect a été interpellé.

Pour 80 millions d’euros

L’opération de grande envergure a déjà donné des résultats que la police fédérale annonce partiels. Vingt-sept personnes ont ainsi été interpellées. Un laboratoire de transformation et de conditionnement de cocaïne a été démantelé à Strée, au 16 rue des Communes. Les policiers ont perquisitionné un lieu de stockage de la cocaïne à Ferrières, chemin du Vieux Thier et rue de Comblain.

Le matériel ainsi découvert? Environ 580 kilos de pains de cocaïne ont été saisis ainsi que plus d’1,6 tonne de drogues en vrac. Leur valeur marchande étant estimée à 80 millions d’euros. Dix armes ont été saisies, dont cinq kalachnikov; 80.000€ ont été découverts; une dizaine de véhicules ont été saisis tout comme des GSM cryptés mais aussi des chevaux, du bétail et des biens de luxe (des montres Cartier et Rolex).

L’enquête n’est pas terminée, elle se poursuit au sein de la PJF de Liège.

 

«Je suis fort surpris mais c’est d’un autre côté la planque idéale»

Les bourgmestres des deux communes condrusiennes concernées n’avaient jamais eu de soupçon.

L’enquête de longue date et les opérations de ce lundi ont été menées par la police judiciaire fédérale sans le concours des zones de police locales concernées pour limiter au maximum le risque éventuel de fuites. Les chefs de corps Paul Caral Vazquez (Condroz), Jean-Marie Dradin (Huy) et Thierry Mopin (ff Meuse-Hesbaye) confirment ne pas avoir été impliqués dans le dossier. «Je présume que les informations nous arriveront par la suite», commente ainsi Jean-Marie Dradin.

Éric Thomas: «ça donne à réfléchir»

Aucune information n’avait filtré non plus du côté des bourgmestres des communes où ont eu lieu les opérations de ce lundi. «Le chef de corps de la zone vient de me prévenir que le démantèlement d’un laboratoire de transformation et de conditionnement de la cocaïne avait eu lieu à Strée, confiait hier soir Éric Thomas, le bourgmestre de Modave. Les opérations ont visiblement été menées très secrètement sans nos policiers condrusiens. C’est évidemment très interpellant d’avoir ce type d’activité criminelle dans une commune rurale. Je suis fort surpris de l’apprendre, mais c’est d’un autre côté la planque idéale car qui penserait aller chercher un tel laboratoire dans un village de campagne. Ces personnes n’ont bien souvent pas beaucoup d’états d’âme et sont prêtes à tout. Savoir que des individus aussi dangereux ont pu circuler sur notre commune, ça donne à réfléchir»… d’autant que le laboratoire avait été établi à quelques centaines de mètres de l’hôtel de police où la zone du Condroz concentre toutes ses forces!

Frédéric Léonard: «on a déjà connu cela»

Plus au sud dans la zone condrusienne, le bourgmestre de Ferrières ne tenait pas un autre discours même si sa commune n’en était pas à son premier épisode du genre ce lundi. «Il y a plusieurs années, la police avait déjà mis la main sur un trafic de cocaïne au départ d’une maison qui était louée. Et cela avait été du gros, se souvient Frédéric Léonard. Cela ne m’empêche pas d’être à nouveau très surpris aujourd’hui. Ces personnes profitent de la campagne où ils pensent avoir la paix.» F.R.

 


Nos dernières videos