RÉSEAUX SOCIAUX

TikTok: les secrétaires d’État Michel et De Bleeker veulent mieux protéger les enfants

TikTok: les secrétaires d’État Michel et De Bleeker veulent mieux protéger les enfants

- Jens Kalaene/zb/dpa

Ils demandent une reconsidération de la position de l’Autorité belge de protection des données qui consiste à joindre une enquête à celle de l’Autorité irlandaise de protection des données.

Les secrétaires d’État à la Protection de la vie privée et à la Protection des consommateurs, Mathieu Michel et Eva De Bleeker, veulent une meilleure protection des enfants sur TikTok. Ils demandent ainsi à l’Autorité belge de protection des données de reconsidérer sa position antérieure consistant à joindre une enquête à celle de l’Autorité irlandaise de protection des données, précisent-ils dans un communiqué samedi.

«Les conditions générales de TikTok sont souvent peu claires, incomplètes et ambiguës. Cela contraste fortement avec la législation sur la protection des consommateurs et de la vie privée où la transparence et l’information du consommateur et de l’utilisateur forment la base. Des études antérieures montrent que Tiktok prétend être gratuit, mais demande à ses utilisateurs beaucoup de données. Au final, les utilisateurs paient donc avec leurs données personnelles. De plus, les conditions de droits d’auteur donnent à TikTok le droit irrévocable d’utiliser, de distribuer et de reproduire les vidéos publiées, sans aucune compensation pour l’utilisateur qui les a partagées. En outre, les consommateurs reçoivent beaucoup de publicités non sollicitées, cachées et agressives. Cela se fait souvent via des influenceurs et des défis, dont les intentions commerciales ne sont pas toujours claires», explique-t-on.

Au niveau européen, l’Autorité irlandaise de protection des données enquête déjà sur la manière dont TikTok gère et traite les données des enfants. L’Autorité belge de protection des données s’est jointe à cette enquête. Les secrétaires d’État De Bleeker et Michel demandent à l’Autorité de protection des données d’étudier ce qu’on pourrait également faire au niveau national. De cette manière, notre Autorité de protection des données s’alignerait également sur les enquêtes similaires menées par les autorités néerlandaises et italiennes.

«Je veux pour nos citoyens, et pour nos jeunes en particulier, un environnement numérique avec le même niveau de protection que dans le monde réel. C’est la raison pour laquelle nous adressons cette question à l’Autorité de protection des données», a souligné M. Michel (MR). «Les enfants et les jeunes doivent être conscients de ce qui peut arriver à leurs données. Il est inacceptable qu’une grande entreprise comme Tiktok, dont les clients sont principalement des jeunes, se cache derrière des ambiguïtés. Une information correcte et transparente est un droit fondamental du consommateur», dit pour sa part la secrétaire d’État à la Protection des consommateurs, Eva De Bleeker (Open Vld).

Nos dernières videos