JUDICIAIRE

Ils arrachent un radar - Des micros pour surveiller sa compagne - La famille vole l’abbaye de Rochefort: 11 étonnantes histoires judiciaires

Ils arrachent un radar - Des micros pour surveiller sa compagne - La famille vole l’abbaye de Rochefort: 11 étonnantes histoires judiciaires

Arracher le radar? Une action de sabotage selon le substitut du procureur du roi. Archive heymans

Micros dans la maison et balise sous la voiture: le trentenaire espionne sa compagne; Trois Gaumais se sont crus au Far West et ont arraché le radar qui les avait flashé… Découvrez ces surprenantes histoires judiciaires survenues cette semaine en Wallonie.

 

1.Convaincu que sa compagne le trompe, il place des micros et engage un détective privé

Il est convaincu que sa compagne a une liaison. Elle découvre qu’il a installé des micros dans leur maison et placé une balise sur sa voiture.

Voilà qui vaut à François, 38 ans, de se retrouver en justice pour avoir harcelé Françoise de février 2018 à mars 2019, avoir placé un enregistreur dans l’habitation pour écouter ce qui se passe quand il est absent et pour avoir écouté ses conversations privées sans son autorisation.

2.Voulant échapper aux flashs, trois Gaumais arrachent un radar

Trois Gaumais de 25 à 30 ans ont arraché le radar qui les avait flashés et l’ont tracté sur un kilomètre.

On se croirait revenu au temps du Far West ou d’une BD de Lucky Luke.

Le substitut du procureur du roi à Arlon, Yannick Rosart, parle, lui, d’une «action de sabotage qui fait penser à une autre époque sauf qu’ici, l’ennemi de ces prévenus est clairement la police. On a vu sur les réseaux sociaux, dans les jours suivant les faits, que leur action n’a fait qu’attiser une certaine haine envers les policiers.»

Ils risquent de 8 à 12 mois de prison ou une peine de travail.

La citation de la semaine

Lorsque les auteurs sont partis, vous les avez remerciés et vous avez fait une petite danse de joie avec votre fille en disant “On les a eus”.

+ LIRE : Expédition punitive au chalet voisin: une «vendetta d’une violence inouïe»

4.D’une maison de Ciney à l’abbaye de Rochefort: ils volaient en famille

À trois reprises, des prévenus liés par les liens du sang ou du mariage ont commis des vols. Ils s’en sont même pris à l’abbaye de Rochefort.

5.Dinant: un artiste poursuivi pour le stockage des déchets utiles à ses sculptures

À Dinant, l’artiste concepteur est (re)connu pour ses compositions faites de matériaux qui théoriquement prennent la direction des décharges ou des centres de tri.

Néanmoins, des déchets trôneraient en quantités variables devant son domicile. Ce qui a poussé la Ville de Dinant à le poursuivre. L’artiste a été condamné à payer 2 500€ d’amende. Il a décidé de faire opposition à cette décision. Sans avocat.

6.Fils de policiers, il frappe un agent

Voyant son frère se faire arrêter, un Ittrois s’en est pris à un policier de Nivelles… alors que ses parents travaillent dans une zone de police voisine.

7.Un abattoir clandestin dans un garage

Lorsqu’une vingtaine de kilos de morceaux de viande et de carcasses sont retrouvés dans un dévidoir, les enquêteurs remontent le plan d’égouttage pour tomber sur le garage d’un particulier. Là, ils découvrent du matériel de découpe, un Merlin, des scies, des crochets, des couteaux et un congélateur contenant de la viande caprine et ovine.

On vous raconte la suite

L’homme aux 46 poneys condamné

Maltraitance animale. Des mots qui peuvent faire mal pour qui «est attentif à l’excès au bien-être animal», selon les termes de la défense. Et pourtant. En septembre dernier, un septuagénaire de Fosses-la-Ville a dû répondre de manquement à la protection des animaux. En 2018, il n’a pas été en mesure de fournir les documents relatifs à la traçabilité de sa quarantaine de poneys. Et en février 2020, on lui a reproché des faits de maltraitance. Le tribunal vient de la condamner.

De la prison ferme pour deux toituriers qui roulaient leurs clients

Tromperie sur la qualité du travail, manœuvres frauduleuses et abus de confiance. Deux toituriers étaient de mèche pour rouler les clients.

Deux immeubles et 2,1 millions d’€ confisqués pour un ancien banquier

Un ancien banquier d’une soixantaine d’années exerçant à Monaco avait escroqué plusieurs clients fortunés en promettant des placements à rendement intéressant. Il vient d’être condamné.

Mais encore

Jardins d’Annevoie: Jourdain définitivement condamné

Stéphan Jourdain, propriétaire des Jardins d’Annevoie pendant 18 ans, ASBL au préjudice de laquelle il s’est approprié des fonds importants, dit la justice. Le pourvoi de l’ancien propriétaire des jardins est rejeté. Sa condamnation à 12 mois avec sursis et saisie de 2,2 millions est définitive.

Nos dernières videos