POLITIQUE

La N-VA quitte la séance à la Chambre en dénonçant des pratiques «non démocratiques»

Le chef de groupe nationaliste, Peter De Roover, a demandé la parole en début de séance pour exprimer sa désapprobation à l’égard de la présence limitée de députés dans l’hémicycle. Seuls 67 des 150 élus ont été autorisés à prendre place en raison des mesures sanitaires pour écouter le discours du Premier ministre.

Les partis de l’opposition, non seulement la N-VA mais également le VB et le PTB, se sont par ailleurs insurgés contre la conférence de presse organisée par le gouvernement au cours de laquelle le Premier ministre et les vice-Premiers ministres ont donné un aperçu de l’accord conclu durant la nuit. Aux yeux de ces partis, une telle initiative traduit un mépris du parlement qui devrait être informé en premier du contenu de l’accord.

Le Premier ministre a répondu que le parlement serait informé dans les détails de l’accord conclu. Il s’est d’ailleurs engagé à transmettre à l’assemblée les tableaux budgétaires qui accompagnent l’exercice. Il a également assuré les députés de son respect de la démocratie et déploré l’attitude de la N-VA. «Fuir et tourner le dos est point le plus bas de la démocratie, et c’est ce que nous avons vu», a dit M. De Croo.

 

Mécontents du budget

Le parti nationaliste flamand a également marqué sa désapprobation concernant les efforts budgétaires contenus dans la déclaration de politique général. «Les efforts budgétaires sont largement sous la barre que la secrétaire d’État (Eva) De Bleeker s’était fixée», dénonce le groupe N-VA. «Nous continuons de nous diriger vers le plus gros déficit budgétaire de l’UE.»

Selon les grandes lignes de l’accord, le déficit budgétaire sera ramené de 5,4% en 2021 à 3,1% en 2022. On parle également d’un effort global de 2,4 milliards d’euros dont un milliard en «politiques nouvelles».

 

Nos dernières videos