article abonné offert

FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES

Accord budgétaire 2022 en FWB: un milliard supplémentaire pour les écoles sur 10 ans

Accord budgétaire 2022 en FWB: un milliard supplémentaire pour les écoles sur 10 ans

Le ministre Daerden en visite dans une école sinistrée lors des inondations de juillet: d’importantes sommes ont été allouées pour réparer et rénover les écoles dans l’accord budgétaire conclu la nuit dernière. BELGA

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s’est accordé la nuit dernière sur le budget 2022 avec, en toile de fond, un effort conséquent porté sur la rénovation des bâtiments scolaires, tandis que le déficit budgétaire de la Fédération devrait être maintenu l’année prochaine sous la barre symbolique du milliard d’euros.

Entamé la semaine dernière, le conclave budgétaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) a donc débouché sur un accord dans la nuit de dimanche à lundi.

Porté par un plan d’investissement ambitieux, le budget ainsi dégagé prévoit «de consacrer un milliard d’euros supplémentaires, au cours des 10 prochaines années, à la rénovation des bâtiments scolaires», annonce l’exécutif, par voie de communiqué.

Pour rappel, les députés de la majorité s’étaient déjà accordés voici une dizaine de jours sur la répartition d’un subside de 230,8 millions d’euros provenant du plan de relance européen et destiné à rénover, dans un esprit plus durable, les bâtiments scolaires en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Cette somme imposante vient donc s’ajouter aux millions promis fin septembre.

Souffrant d’un manque chronique d’investissements depuis quatre décennies, il est vrai que le parc scolaire de la Fédération affiche aujourd’hui une vétusté généralisée.

«Pour le gouvernement, ce plan d’investissement fédérateur doit être l’occasion d’une évolution apaisée du paysage de notre enseignement, respectueuse des spécificités des uns et des autres et favorisant les synergies pour une utilisation plus rationnelle et efficace des moyens publics, il doit permettre d’amorcer des réformes importantes, comme le gouvernement s’y était engagé en avril dernier, notamment sur la question du financement des frais de fonctionnement des établissements scolaires ou encore celle des différents fonds des bâtiments scolaires», explique encore l’exécutif francophone.

275 millions pour le Pacte, 30 pour l’accueil de la petite enfance

Le budget initial pour 2022 prévoit par ailleurs «plus de 275 millions d’euros qui sont investis pour le Pacte d’excellence», dont le calendrier des réformes a récemment été confirmé par les différents acteurs concernés.

Le communiqué précise en outre qu’une enveloppe de 32 millions servira à mettre en œuvre les accords sectoriels dans l’enseignement, précisant que l’affectation de cette somme sera «prochainement négociée entre les ministres compétents et les partenaires sociaux».

Un montant de 30 millions a également été dégagé pour la mise en œuvre de la première année du nouveau contrat de gestion de l’ONE, lequel prévoit notamment la création de 2 500 places supplémentaires en milieu d’accueil et de faire passer l’ensemble des gardiennes conventionnées sous statut de salariées.

L’Aide à la jeunesse reçoit quant à elle un soutien à hauteur de 4,1 millions d’euros; le secteur de la Culture, 4 millions; tandis que 2,2 millions ont été dégagés pour renforcer l’aide aux victimes via les Maisons de justice, en marge des attentats de Bruxelles, dont l’ouverture du procès est prévue pour septembre 2022.

Enfin, une provision à hauteur de 27 millions d’euros a été arrêtée dans le but de venir compléter l’intervention des assureurs pour les infrastructures et matériels touchés par les inondations de juillet dernier.

Enseignement supérieur: une enveloppe de 80 millions sur 3 ans

Étape nécessaire dans la mise en place des divers éléments contenus dans le Pacte pour un enseignement d’excellence au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la réforme de la formation initiale des enseignants continue de diviser.

Reportée à la rentrée scolaire prochaine, aucun accord n’a jusqu’ici pu être trouvé dans le but de véritablement financer celle-ci. Au cœur de la discorde: la hausse significative des salaires des enseignants du fondamental et du premier degré de l’enseignement secondaire, dont les études passeraient de 3 à 4 ans.

Pierre-Yves Jeholet avait lui-même annoncé ne pas vouloir prendre la responsabilité d’une telle dépense structurelle au vu des finances actuelles de la Fédération.

+ RELIRE | Pas d’augmentation pour les enseignants, selon Jeholet : « déclaration de guerre » affirme la CGSP

Avec un coût estimé entre 300 000 et un milliard d’euros, la réforme devra probablement attendre la prochaine législature pour envisager cette réévaluation des barèmes.

Le budget 2022 prévoit néanmoins 80 millions d’euros d’ici la fin de l’actuelle législature pour refinancer l’enseignement supérieur, «avec une attention particulière portée sur l’accessibilité de l’enseignement supérieur».

+ RELIRE AUSSI | «Il continue d’y avoir dans l’enseignement supérieur une inégalité des chances »

Un déficit inférieur au milliard pour 2022

À l’occasion des cérémonies encadrant le 50e anniversaire de l’institution, son ministre-Président actuel, Pierre-Yves Jeholet, avait rappelé la situation délicate dans laquelle se trouve aujourd’hui la Fédération d’un point de vue financier.

«On a des déficits et des dettes qui prennent des ampleurs importantes. Et ce n’est quand même pas un vilain mot que de dire qu’on doit avoir maintenant une gestion rigoureuse de nos finances. Sinon, on va aller au drame», avait ainsi déclaré le chef de l’exécutif francophone.

Une dette supérieure à 10 milliards pour la fin 2022

Avec une année 2020 profondément marquée par la crise sanitaire, la FWB avait été contrainte d’emprunter pas loin de 2 milliards d’euros, faisant bondir sa dette totale à 8,73 milliards d’euros fin décembre de l’année dernière. Pour l’année 2021, il apparaît que les montants empruntés affichent déjà près de 1,5 milliard supplémentaire, ce qui signifie que la dette devrait avoisiner les 10 milliards d’euros à la fin de cette année.

S’il prévoit un nouveau déficit pour 2022, l’accord budgétaire conclu la nuit dernière limite celui-ci sous la barre symbolique du milliard d’euros: «Profitant de paramètres macroéconomiques revus à la hausse (notamment une croissance du PIB de 3% en 2022), le déficit pour l’année 2022 sera réduit et repassera en dessous du milliard d’euros (985 millions d’euros), alors que les prévisions initiales tablaient sur un déficit plus significatif», indique l’exécutif dans son communiqué.

Accord budgétaire 2022 en FWB: un milliard supplémentaire pour les écoles sur 10 ans
BELGA

Nos développements à lire dans L’Avenir de ce mardi 12 octobre 2021, sur tablette, smartphone ou PC

Nos dernières videos