CONSOMMATION

DECRYPTAGE | C’est quoi, le commerce équitable?

DECRYPTAGE | C’est quoi, le commerce équitable?

Voici un producteur de bananes indien. Avec le commerce équitable, il a la garantie que ses fruits lui seront achetés à un prix juste. AFP PHOTO/Rob ELLIOTT BELGA/AFP

C’est ce mercredi que commence la semaine du commerce équitable. Mais de quoi parle-t-on?

Le commerce, tout le monde connaît: vendre, acheter… Mais équitable? Ce mot a un peu le même sens que «juste». Par exemple, si on a un gâteau et qu’on veut le partager de façon équitable, on veillera à couper des parts identiques pour tous.

Quand tu achètes, à qui va ton argent?

Dans le commerce traditionnel, l’argent que l’on donne pour payer une marchandise va surtout dans les poches de ceux qui ont transformé, transporté et vendu cette marchandise. Le producteur de cacao, par exemple, reçoit très peu d’argent en comparaison de ceux qui utilisent son cacao pour fabriquer du chocolat et le vendre.

Parfois, celui qui a produit la matière première, la matière de base, reçoit tellement peu d’argent qu’il ne peut pas vivre. Parfois, produire lui coûte, au lieu de lui rapporter de l’argent! C’est injuste, non?

Comment être juste?

Faire du commerce équitable, c’est acheter et vendre des produits à un prix «juste». Ce prix doit permettre à celui qui produit la matière première (le café, le cacao, le riz, le sucre, la banane, le coton…) de gagner sa vie. Le producteur doit avoir de quoi rentrer dans ses frais, se nourrir, se loger, envoyer ses enfants à l’école...

Pour faire partie de ce type de commerce, les producteurs doivent se regrouper au sein d’une coopérative (sorte d’association). Si leur projet correspond aux règles du commerce équitable, les produits qu’ils vendront recevront une étiquette qui garantit aux consommateurs que ces produits ont été fabriqués de manière équitable. Les producteurs, eux, auront la garantie de recevoir un prix minimum. Ce prix est calculé en fonction des coûts de production (semences, travail des ouvriers, matériel…) et du coût de la vie dans le pays (manger, se loger, le prix de tout cela peut varier très fort d’un pays à l’autre).

Mais le commerce équitable n’est pas qu’une question d’argent. Il y a aussi des exigences supplémentaires pour protéger l’environnement, la santé des travailleurs, leurs conditions de travail... Par exemple, pour avoir le label (sigle, étiquette) du commerce équitable, on ne peut pas exploiter (se servir de, profiter de) des enfants. Pas question non plus de pulvériser des produits nocifs (mauvais pour la santé) sur les champs de coton, par exemple.

Où peut-on trouver ces produits en Belgique?

Certains magasins, comme les Magasins du Monde ou les commerces biologiques, vendent des produits équitables. Mais aujourd’hui, presque toutes les grandes chaînes de supermarchés belges en vendent aussi. On reconnaît ces produits au label «Fairtrade» qu’ils portent.

Les produits du commerce équitable peuvent venir de loin, mais il y a aussi des produits «équitables» belges.

Le sondage de la semaine