WEB

Facebook n’a pas privilégié ses profits au détriment de la sécurité, défend Zuckerberg

Facebook n’a pas privilégié ses profits au détriment de la sécurité, défend Zuckerberg

Mark Zuckerberg s’est défendu dans une longue publication sur sa page Facebook. AFP

Le cofondateur et patron du groupe Facebook Mark Zuckerberg a défendu son entreprise face aux accusations d’une lanceuse d’alerte, qui a affirmé devant le Congrès américain que le géant des réseaux sociaux privilégiait ses profits au détriment de la sécurité.

«Un catalyseur», voilà comment un élu a décrit la lanceuse d’alerte Frances Haugen, dont l’exposé a écorné mardi l’image de Facebook au point de pousser le Congrès à promettre de mieux réguler le géant californien.

«Banqueroute morale», «spirale», l’ingénieure informatique de 37 ans a décrit, avec calme et précision, la situation d’une entreprise qui a renoncé, selon elle, à quelques principes moraux au nom du profit.

Le patron de Facebook réagit

Mark Zuckerberg s’est défendu peu après l’audition dans une longue publication sur sa page Facebook.

«Au cœur de ces accusations réside l’idée que nous privilégions les profits plutôt que la sécurité et le bien-être. Ce n’est tout simplement pas vrai», a affirmé M. Zuckerberg dans ce message.

Reprenant de nombreux points du témoignage de la lanceuse d’alerte qui a dénoncé l’indifférence de Facebook aux études montrant l’influence toxique des réseaux sociaux du groupe sur les adolescents, M. Zuckerberg a rétorqué: «si nous voulions ignorer la recherche, pourquoi créerions-nous un programme d’études de pointe pour comprendre ces problèmes importants? Si nous ne nous soucions pas de lutter contre les contenus préjudiciables, pourquoi embaucherions-nous autant de personnes qui s’y consacrent?».

La lanceuse d’alerte Frances Haugen a livré mardi devant une commission parlementaire un témoignage inédit sur les pratiques de Facebook pour augmenter inlassablement sa fréquentation et a appelé les élus du Congrès américain à agir pour réguler davantage le groupe aux 3,5 milliards de clients.

Pour la lanceuse d’alerte, il faut imposer à Facebook davantage de transparence et de partage d’information, avec l’aide d’un nouveau régulateur dédié aux géants d’internet, à même d’appréhender la complexité de ces plateformes.

Nos dernières videos