ASSISES DE NAMUR

Assassinat de Wivinne Marion: perpétuité requise contre Xavier Van Dam

Assassinat de Wivinne Marion: perpétuité requise contre Xavier Van Dam

Audrey Seminara EdA - Florent Marot

L’avocate générale ne trouve aucune circonstance atténuante à l’accusé reconnu coupable de viol, séquestration et assassinat lundi soir. Elle réclame la peine maximale

L’avocate générale, Audrey Seminara, a requis mardi la perpétuité à l’encontre de Xavier Van Dam, reconnu coupable lundi soir de l’assassinat, du viol et de la séquestration de Wivinne Marion le 1er novembre 2018 à Namur. Elle ne lui retient aucune circonstance atténuante. Elle demande en outre une mise à disposition du tribunal de l’application des peines pour une durée de 15 ans.

En droit belge, une seule peine englobe l’ensemble des infractions commises et il s’agit de la peine la plus forte. La peine théorique pour un assassinat est la réclusion criminelle à perpétuité. En pratique, elle peut être diminuée par des circonstances atténuantes mais «je n’en vois malheureusement aucune», a dit l’avocate générale. «Les faits sont innomables. Van Dam a tout fait à Wivinne Marion ne lui laissant aucune chance de survie». Elle demande aux jurés de prendre en compte la souffrance de la victime et l’atrocité du moment qu’elle a vécu. Ses cris de désespoir à Xavier Van Dam n’ont pas empêché ce dernier de stopper son projet mortel.

En requérant la perpétuité, elle demande aux jurés de prononcer une peine à la hauteur de la gravité des faits qui tiendra compte notamment de la personnalité du coupable (qui présente des traits psychopathiques) et qui rendra justice à Wivinne Marion «qui rayonnait et aimait la vie» ainsi qu’à sa famille. Elle demande aux jurés de penser à ses enfants et à la famille de Wivinne «qui a fait preuve d’une résilience exceptionnelle».

Elle rappelle que le coupable a agi de sang-froid, avec force, rage et détermination.

L’avocate générale avait dans un premier temps rappelé aux jurés les fonctions d’une peine de prison: sanctionner pour manifester la désapprobation de la société par rapport au crime commis, dissuader le coupable de recommencer et assurer la protection de la société. «Une peine trop peu élevée ou une remise en liberté trop rapide conforte l’auteur dans son acte, a estimé l’avocate générale. Il n’y a rien de pire que de banaliser la violence. Ça crée un estompement de la norme chez les gens et ça accroît le sentiment d’injustice». Et de conclure: «La famille de Wivinne Marion doit sortir d’ici avec le sentiment que la justice a été rendue».

Après les plaidoiries de la défense sur la peine, le jury est parti délibérer sur la peine peu avant 11h.

 

Les avocats de Xavier Van Dam demandent une peine 30 ans

Me Toussaint et Me Closson demandent aux jurés de ne pas condamner l’accusé à perpétuité. Pour lui laisser la possibilité d’être suivi psychologiquement.

Pour la première fois de sa carrière, Me Anne-Sophie Closson a pris la parole en cours d’assises. Elle a souligné le fait que Xavier Van Dam est, avant tout, un être humain. «Ne tenez pas compte de l’image de “ monstre ” qu’il renvoie. C’est plus facile de se retrancher derrière cette idée mais c’est un être humain.»

Elle a demandé aux jurés de ne pas condamner son client à perpétuité. «Je crois sincèrement à la remise en question. La réclusion criminelle à perpétuité va lui ôter l’espoir de réinsertion. Dans le cas contraire, il pourrait avoir de l’espoir, des objectifs.» Même avec une peine à vie, il réintègrera, un jour, la société. «Il faut donc que ça sa passe bien. Cette peine n’est, selon nous, pas adéquate.»

Me Toussaint a ensuite pris la parole pour détailler, un peu plus, les propos de Me Closson. «La perpétuité, c’est une peine à vie, en théorie. En pratique, il n’y a pas de peine incompressible. Il va donc, un jour sortir. Nous trouverions logique qu’il soit condamné à une lourde peine. Mais celle-ci doit avoir une fonction de réinsertion, d’éviter la récidive.» Ce que la prison à vie, selon Me Toussaint, ne permettrait pas. «Avec la réclusion criminelle à perpétuité, Xavier Van Dam ne pourrait plus être pris en charge par des psychologues et des psychiatres. Ce serait terminé. Il serait, peut-être, pris en charge au bout de 25 ans. C’est trop tard. Et donc, nous aurions perdu le bénéfice de cette détention préventive de trois ans où il a été suivi. Nous ferions même marche arrière.»

Me Toussaint a donc demandé aux jurés de retenir une peine de 30 ans assortie d’une mise à disposition du tribunal de l’application des peines pour une durée de 15 ans. «Quarante-cinq ans, c’est énorme. Mais c’est une possibilité, pour lui, de changer et d’imaginer, un jour, une réinsertion.»

Les excuses et les regrets de Xavier Van Dam

L’assassin de Wivinne Marion s’est exprimé, avant que les jurés ne partent en délibération sur la peine. Pour sa défense, il n’a rien voulu ajouter. «Je souhaite présenter mes excuses à toutes les personnes que j’ai pu blesser par mon comportement. Je regrette amèrement ce qui a pu se produire il y a trois ans.»

+ MISE À JOUR | Assassinat de Wivinne Marion: Xavier Van Dam condamné à la perpétuité