BELGIQUE

PHOTOS | «Hôtel de ville», mur de 6,5m, vitrage de 7cm: la prison de Haren à moins d’un an de l’arrivée des détenus

Le gros œuvre, mais aussi certains équipements comme du mobilier ou des anneaux de basket, sont déjà installés à la prison de Haren. Celle-ci est conçue comme un «village». BELGA - BENOIT DOPPAGNE

D’ici un peu moins d’un an, la nouvelle prison de Haren accueillera ses premiers détenus. Elle est construite comme un village, sur 15 ha. 1.190 détenus y seront logés.

D’ici un peu moins d’un an, le complexe pénitentiaire de Haren accueillera ses premiers détenus. Le gros oeuvre fermé de l’ensemble des bâtiments séparés conçu comme un village est presque terminé. La phase de test et de réception commencera prochainement, a-t-on appris lors d’une visite du chantier par les ministres de la Justice Vincent Van Quickenborne et du secrétaire d’Etat en charge de la Régie des Bâtiments Mathieu Michel.

Occupant 15 hectares, le futur village pénitentiaire remplacera les prisons de Saint-Gilles, Forest et de Berkendael. Il comprendra une maison d’arrêt pour hommes, une maison de peine pour hommes, un centre fermé pour femmes, un centre ouvert pour femmes, un centre d’observation, un centre médical et psychiatrique et des ateliers de travail.

«Hôtel de ville»

Au centre se trouvera un «l’hôtel de ville» qui rassemblera des fonctions communes telles que le complexe d’accueil et de visite, la salle de sport, le front office et le tribunal de l’application des peines.

PHOTOS | «Hôtel de ville», mur de 6,5m, vitrage de 7cm: la prison de Haren à moins d’un an de l’arrivée des détenus
Au centre se trouvera un «l’hôtel de ville» qui rassemblera des fonctions communes: accueil et visite, salle de sport ou tribunal de l’application des peines. BELGA

En outre, un bâtiment d’entrée abritant les salles du conseil et un bâtiment administratif situé à l’extérieur du mur périmétrique seront également intégrés.

Le complexe aura une capacité d’accueil de 1.190 détenus. Ceux-ci occuperont des unités de vie plus petites, accueillant chacune une trentaine de 30 personnes de manière à améliorer la qualité de vie, tant des détenus que des membres du personnel. Les cellules pourront accueillir soit un, soit deux détenus. Aux grillages, ont été préférés des vitrages de 7 cm d’épaisseur.

Le mur d’enceinte en béton est surplombé d’une coque arrondie en PVC, empêchant l’ancrage d’accessoires d’escalade. Presqu’entièrement construit, il a une hauteur de 6,5 m. Les deux centres de commandements permettront d’observer 250 images simultanément.

PHOTOS | «Hôtel de ville», mur de 6,5m, vitrage de 7cm: la prison de Haren à moins d’un an de l’arrivée des détenus
Le mur d’enceinte en béton est surplombé d’une coque arrondie en PVC, empêchant l’ancrage d’accessoires d’escalade. Photo News

Stockage géothermique

Sur le plan énergétique, un système de stockage géothermique par puits de forage a été installé avec 250 forages d’une profondeur allant jusqu’à environ 90 mètres.

Ce système de stockage géothermique par puits de forage est l’un des plus grands en Belgique. Il permet de refroidir ou de réchauffer les bâtiments avec l’énergie provenant du sol.

En été, le système souterrain de conduites permet de stocker le surplus de chaleur dans le sol pour refroidir les bâtiments. En hiver, la chaleur stockée peut être libérée afin de les réchauffer. La distribution de chaleur aux différents bâtiments du village pénitentiaire se fait par un réseau de chaleur.

Lors de l’introduction de la première demande de permis de bâtir en 2013, le projet atteignait un niveau K moyen de K18. Cela signifie qu’il répondait au niveau K maximal de K20 indiqué dans les spécifications de l’appel d’offres. La législation en vigueur à l’époque prescrivait un niveau K maximal de K40. Le projet faisait donc plus de deux fois mieux que ce qui était prescrit légalement.

PHOTOS | «Hôtel de ville», mur de 6,5m, vitrage de 7cm: la prison de Haren à moins d’un an de l’arrivée des détenus
Un partenaire privé est chargé de la conception, de la construction, du financement et de la maintenance du complexe pour une durée de 25 ans. Le consortium Cafasso a été désigné pour exécuter ce marché. BELGA - Doppagne

Le projet est construit selon une procédure DBFM (Design Build Finance and Maintain). Cette procédure avait déjà été appliquée pour la réalisation des prisons de Marche-en-Famenne (2013), Leuze-en-Hainaut (2014) et Beveren (2014). Le principe en est le suivant: un partenaire privé est chargé de la conception, de la construction, du financement et de la maintenance du complexe pour une durée de 25 ans. Le consortium Cafasso a été désigné pour exécuter le marché DBFM. Il est composé de: Denys NV, FCC Construcción S.A. et Macquarie Group.


Nos dernières videos