ENSEIGNEMENT

Pacte d’excellence: les acteurs de l’enseignement s’accordent sur la poursuite des réformes

Pacte d’excellence: les acteurs de l’enseignement s’accordent sur la poursuite des réformes

Les différents acteurs de l’enseignement obligatoire en Fédération Wallonie-Bruxelles avaient été conviés par la ministre Caroline Désir à se réunir ce week-end. BELGA

Réunis en séminaire depuis deux jours, les représentants des acteurs du monde de l’enseignement obligatoire ont confirmé le calendrier des réformes du système éducatif tel que prévu par le Pacte pour un enseignement d’excellence.

Un mois après la rentrée, les différents acteurs de l’enseignement obligatoire en Fédération Wallonie-Bruxelles avaient été conviés par la ministre Caroline Désir à se réunir ce week-end pour faire le point sur les avancées du Pacte pour un enseignement d’excellence.

«L’objectif de ce séminaire était d’examiner de manière détaillée l’état de mise en œuvre des réformes du Pacte, en se penchant sur les projets réalisés et ceux programmés dans les années à venir», précise-t-on au sein du cabinet de la ministre.

Réaffirmer les engagements

Au terme des discussions constructives échangées durant deux jours, les différents intervenants ont ainsi réaffirmé «leur engagement à répondre aux constats qui ont fondé le Pacte et la nécessité de mener à bien cette réforme systémique de notre système éducatif en vue d’améliorer ses performances et de réduire les inégalités scolaires».

Pas ou peu de changements à prévoir donc, au niveau du calendrier des réformes. Seule celle touchant aux modalités d’organisation et de financement des CPMS verra son calendrier être réexaminé.

Prendre en compte les réalités du terrain

Les différents acteurs de l’enseignement ont par ailleurs profité de ce séminaire pour exprimer «de nombreux points d’attention et leurs difficultés respectives par rapport au contenu de certains projets».

En ce sens, l’ensemble des parties réunies autour de la table «se sont accordés, conformément à la logique qui a présidé à la conclusion du Pacte, sur l’impératif absolu de tenir compte au mieux des réalités de terrain». Le but poursuivi est notamment «de limiter autant que possible la surcharge de travail pour les directions et les membres des personnels», tout en assurant un cadre positif et porteur de sens à ces réformes, «tant pour les équipes que pour les élèves et leurs parents».

Enfin, les différents acteurs précisent encore s’être accordés «sur la nécessité de définir au plus vite une vision quant à la réorganisation des dernières années de l’enseignement secondaire, dans la filière qualifiante comme dans la filière de transition.»

Nos dernières videos