BASKET-BALL

PHOTOS | Gembloux – Natoye: Non, les Couteliers n’ont pas flanché

Dans sa spacieuse nouvelle salle, Gembloux s’est imposé méritoirement face à des Natoyens peu reconnaissables.

Ce derby namurois entame ses gammes timidement. Alors que le déchet, les approximations priment des deux côtés (8-8, 5e), le coach des Couteliers, Marc Mesureur, compte sur Reconnu et Ponsard, qui sortent du banc, pour prendre l’avance (18-10, 10e).

Dès l’entame du deuxième quart, les Jaunes se ressaisissent furtivement (18-16, 12e) avant qu’ils ne retombent dans leurs travers, avec un pourcentage de réussite extérieure très faible. De son côté, Gembloux, via le grand et mobile Deblire, en profite (27-19, 15e). Ce n’est pas de l’avis des expérimentés Natoyens qui se rebiffent, en mettant davantage d’intensité. 33-34 au repos.

 

Gembloux 79 – Natoye 67

18-10, 15-24, 30-16, 16-17.

GEMBLOUX: Ponsard 9 (3x3), Carretta 3 (1x3), D. Marchal 4, Javaux, Boosten, Y. Marchal 4, Deblire 17, Reconnu 17, (2x3), Saillez 5 (1x3), Mestrez 2, Piret 7 (1x3), Seki-Kandi 10.

NATOYE: Aerts 4, Targez 12 (2x3), Pirlot 14 (1x3), Georges 3, Cleymans 5, Van Doninck 12 (2x3), M. Legros 5, Degée 11 (2x3), Gilles.

 

Le troisième quart-temps est à sens unique. Déterminés, les Gembloutois se mettent à jouer collectivement, trouvent les bonnes options, en contournant la défense adverse. Par ailleurs, ils s’appuient surtout sur une excellente adresse, contre qui Natoye, dépassé et incapable de riposter, se laisse distancer (63-50, 30e).

Le dernier acte se résume à une belle gestion des locaux qui ne souffrent pas d’un éventuel retour des Natoyens. Ces derniers sont conscients de leurs limites et abdiquent très rapidement.

«La différence s’est faite dans le troisième quart, relève pivot gembloutois, Arthur Reconnu, auteur de 17 points, qui se sent bien intégré dans sa nouvelle équipe. On est monté en rythme, plusieurs joueurs ont apporté leurs qualités, tout en jouant collectivement. La réussite était aussi avec nous. La suite? Nous l’avons géré judicieusement et sans forcer.»«Après deux ans sans compétition, le stress s’est senti au sein de l’effectif, estime l’ailier natoyen, Guillaume Van Doninck. L’équipe la plus décomplexée a gagné. Dans cette salle compliquée, on a sombré dans le troisième quart, sans réaction. Et face à, par exemple, Reconnu, très propre, on ne peut pas faire grand-chose. Il faut oublier ce match, et penser à l’avenir, car la saison est longue.»

Nos dernières videos