LIÈGE

Liège: la radio universitaire 48FM bien installée dans la Grand Poste

La radio universitaire 48 FM a déménagé dans la Grand Poste à Liège. Elle dispose désormais d’un bel outil, mais qu’en sera-t-il de son identité?

On n’entendra plus les cloches de la cathédrale, à l’antenne de 48 FM. Ni le parquet qui craque et les invités essoufflés d’avoir monté les trois hauts étages de la vieille maison art déco où elle était jusqu’alors perchée. C’est que depuis plusieurs jours, après une vingtaine d’années passées là, la radio universitaire liégeoise a quitté le bâtiment qu’elle occupait avec la Fédé et a pris ses quartiers au rez-de-chaussée de la Grand Poste fraîchement restaurée. Là où tout un pôle média a d’ailleurs été créé pour les étudiants de l’ULiège (lire par ailleurs).

+ À LIRE | La transformation de la Grand Poste est spectaculaire

Au niveau 0 de la bâtisse, lumineux notamment grâce aux mezzanines du vaste espace de coworking voisin, se trouve une salle d’accueil centrale qui donne sur les bureaux et les studios toutes baies vitrées de la radio. Deux studios plus modernes et professionnels qu’ils ne l’étaient au n°24 de la place du XX août.

Liège: la radio universitaire 48FM bien installée dans la Grand  Poste
EDA J. BELT

Et ce ne sont pas les étudiants qui diront le contraire. «Ces nouveaux studios donnent envie de faire plein de projets. Ça booste la créativité et offre plus de perspectives, exprime Amélie Thomas, étudiante en médiation culturelle et présidente de l’ASBL 48 FM. Étudier ici va nous donner mille idées. De plus, l’espace de coworking va nous offrir plus d’opportunités et nous permettre de tisser des réseaux.»

Et l’identité de 48 FM?

Il est vrai que les étudiants, tout comme les animateurs de la radio, disposent désormais d’un bel outil d’étude, de création de contenu et de conduite d’émissions. Et c’est une bonne chose. Mais quelle place ici pour l’identité et les valeurs propres à 48 FM si chères aux auditeurs, dans ce nouvel environnement, il faut le dire, particulièrement aseptisé?

Fred Cools, le chef d’antenne, assure déjà que la programmation de la radio ne va pas substantiellement changer. Sa collègue Martha Regueiro, elle, estime que l’identité de 48 FM ne peut pas totalement être mise à la trappe.

Liège: la radio universitaire 48FM bien installée dans la Grand  Poste
EDA J. BELT

«L’âme de la radio, c’est aussi ses émissions et sa multiculturalité. On est reconnu comme radio d’éducation permanente. Pour garder notre fréquence (NDLR: le 100.1 sur la bande FM), on doit donc garantir certains quotas. Et ça passe par le travail qu’on fait avec les artistes de chez nous. Ça fait partie de nos missions. Et il est clair qu’on est très ancré dans le tissu associatif et culturel local.»

«Donner envie aux étudiants de s’initier aux différents médias»

C’est tout un pôle média entièrement digitalisé qui a été pensé autour de la radio. En plus des deux studios de 48 FM, on retrouve plusieurs studios à fond vert, des alcôves pour la création radiophonique, le montage des émissions mais aussi un vaste studio de télévision.

Liège: la radio universitaire 48FM bien installée dans la Grand  Poste
EDA J. BELT

«Twodesigners (NDLR: le studio liégeois qui a réalisé les aménagements intérieurs de la Grand Poste), a pensé les lieux de sorte qu’en passant dans les couloirs, tout soit fait pour donner envie aux étudiants de s’initier aux différents médias», explique le chef d’antenne Fred Cools, qui précise que tous les studios et espaces de création sont proposés à la location. «C’est aussi pourquoi la décoration des studios doit rester neutre et ne pas renvoyer à 48 FM.»

Et il est vrai que la déco à l’intérieur des studios est particulièrement épurée, sans fioriture ni logo ramenant à la radio. Et c’est bien dommage.

 

Liège: la radio universitaire 48FM bien installée dans la Grand  Poste
EDA J. BELT
Alain Sene, animateur

«Cette nouvelle radio est cool. Ça reste convivial. Je préfère nettement ces studios à l’ancien. Et le son est meilleur. C’est sûr que l’identité de la radio risque de changer, car il y a plein de connexions notamment avec l’espace de coworking. Avant, il y avait beaucoup de va-et-vient au studio, avec les amis et les amis des amis qui venaient. On va plus cibler qui on invite maintenant. Mais il faut bien pour améliorer les choses. Et puis, ça va nous obliger à faire du contenu plus professionnel et proposer des émissions plus carrées. On gardera quand même notre style!»

 

 

Liège: la radio universitaire 48FM bien installée dans la Grand  Poste
EDA J. BELT
Julien Haid, étudiant en journalisme

«Les anciens studios étaient très vieillots et étriqués. Ici, il y a de la place pour l’accueil des invités, une estrade pour un potentiel public… Je pense aussi aux artistes qui seront désormais bien mieux mis en valeur. Notamment grâce au pupitre pour les DJ prévu à l’extrémité de la table du studio. Cela va vraiment favoriser la visibilité des artistes liégeois. Ces studios valoriseront également nos diplômes car avec un tel matériel, on ne peut qu’être bien formé.»

 


Nos dernières videos