article abonné offert

MOMIGNIES

Les cabanes féeriques d’un lutin artiste

Les cabanes féeriques d’un lutin artiste

Renaud Demoustier, le lutin, et sa fille Avril, devant leur dernière création. ÉdA – 501637177735

À Macquenoise, Renaud le lutin crée des maisonnettes tout en courbes, véritables œuvres d’art fonctionnelles pour des jardins magiques.

«Mon leitmotiv, c’est qu’il n’y ait rien de droit, d’où que l’on regarde! Concaves ou convexes, toutes les formes sont possibles», explique le lutin Renaud Demoustier. Originaire d’Anor, de l’autre côté de la frontière française, cet orfèvre du bois, dont le papa était lui-même ébéniste, dispose d’un sérieux bagage: «Après quelques zigzags, j’ai étudié l’ameublement de luxe, comprenant la sculpture, la marqueterie ou encore la peinture, avant de rejoindre les Beaux-Arts de Valenciennes». Depuis, le Macquenosien d’adoption a collaboré à de nombreux projets, dont la construction de cottages anglais, essentiellement en Flandre. Il a notamment restauré la Villa Lamarche, à Forges. La passion du lutin reste toutefois de « fabriquer des choses qui sont le plus possible hors du commun». Ainsi est née la «Fabrique du lutin», avec laquelle il propose de construire des cabanes qui se veulent décoratives avant d’être utilitaires: «Le but, c’est que cela devienne une sculpture au milieu du terrain. Je m’inspire de la famille cliente et de l’environnement. Je ne veux en aucun cas dénaturer le site. On y met juste un petit grain de folie».

Un travail d’artiste

Renaud le lutin mise sur la qualité, plutôt que sur la quantité. «Je refuse de faire deux fois la même cabane. Chaque pièce doit être unique». Outre «l’Intendante du lutin», Sarah, et leur fille Avril qui viennent de temps à autre lui prêter main-forte sur chantier, Renaud confectionne donc seul ses cabanes: «J’ai besoin de cette liberté totale et ne rien regretter quand je suis parti. La créativité, je ne peux pas la transmettre. C’est pour moi très important de pouvoir m’attabler avec les clients, de faire évoluer le projet avec eux. Paradoxalement, le client a toujours l’impression de participer au projet, sans pour autant pouvoir visualiser l’objet fini». Réaliser une cabane nécessite donc un temps certain. Plus de 400 heures ont été nécessaires pour finaliser sa dernière œuvre. Un chantier s’étend donc sur plusieurs mois.

Circuit court

Les cabanes de Renaud sont entièrement fabriquées au plus près du chantier.

«Je vais choisir les arbres directement en forêt, en partenariat avec la scierie Peleman, avec qui je travaille depuis de nombreuses années. Le bois ne bouge presque pas. Issu des forêts du grand Chimay, il est livré brut, en planches, sur le chantier. Je débite ensuite tout sur place, en fonction des besoins». Outre les quincailleries des portes et fenêtres, qui sont bien entendu fonctionnelles, tout est de bois, «il n’y a aucun autre apport de métal». Au niveau technique, le lutin assure qu’il n’a rien inventé: « Je remets plutôt au goût du jour des techniques anciennes».

L’assemblage à la japonaise lui permet de donner libre cours à sa créativité: «Tout est léger et mobile. Il n’y a pas de limites et je ne veux pas me mettre de freins».

Le résultat est juste féerique. Petits ou grands, impossible de ne pas s’émerveiller devant les créations du lutin.

La passion de Renaud, elle, reste intacte: «C’est super-motivant de faire plaisir, de donner du bonheur aux gens».

Facebook: La fabrique du lutin


Nos dernières videos