ENVIRONNEMENT

Un tiers d’animaux en moins utilisés pour la recherche en Région bruxelloise en cinq ans

Un tiers d’animaux en moins utilisés pour la recherche en Région bruxelloise en cinq ans

Photonews

Près de 56.000 animaux ont été utilisés à des fins expérimentales – notamment dans la recherche fondamentale – en Région bruxelloise l’an dernier, soit près de 6.000 animaux de moins qu’en 2019.

Sur cinq ans, le cabinet du ministre bruxellois du Bien-être animal Bernard Clerfayt parle d’une baisse de 36%. Si les chiffres sont à prendre avec précaution, 2020 ayant vu certaines recherches reportées ou annulées en raison de la crise du coronavirus, le recul s’inscrit dans une tendance plus large, qui dure depuis 2015. Il se traduit par une contraction d’environ 36% du nombre d’animaux utilisés à des fins expérimentales sur cinq ans.

En 2020, 97% des animaux d’expérience étaient des rongeurs dont 91% des souris. On retrouve également quelques poules (1%) ou encore des poissons zèbres (0,6%). Comme en 2019, aucuns chiens, chats, chevaux, ânes ou primates n’ont été utilisés pour la recherche.

Plus de la moitié (69,81%) des procédures expérimentales sur animaux en 2020 ont été réalisées pour la recherche fondamentale. Ces expériences concernent principalement les études en oncologie et le système immunitaire.

Nos dernières videos