CORONAVIRUS

La fédération Unessa préfère la vaccination obligatoire au CST dans les hôpitaux

La fédération Unessa préfère la vaccination obligatoire au CST dans les hôpitaux

Si elle se dit en faveur de l’obligation vaccinale pour tout le personnel en milieu de soins, elle s’interroge sur la légitimité du pass sanitaire dans ces circonstances. AFP

La fédération Unessa demande au gouvernement wallon de surseoir l’application du «Covid Safe Ticket», annoncé jeudi pour la mi-octobre, dans les hôpitaux «au moins jusqu’à ce qu’une concertation avec les secteurs concernés livre ses fruits», indique-t-elle vendredi.

Si elle se dit en faveur de l’obligation vaccinale pour tout le personnel en milieu de soins, elle s’interroge sur la légitimité du pass sanitaire dans ces circonstances.

«Pourquoi une MR(S) ou un hôpital devrait-il se montrer plus sévère dans ses contrôles vis-à-vis d’un ‘visiteur’ que vis-à-vis de son propre personnel dont tous les membres ne sont pas forcément encore tous vaccinés? Sachant aussi que le cadre juridique de l’obligation vaccinale des soignants est toujours en discussion», questionne-t-elle.

La fédération juge que le champ d’application du CST pose aussi question: «S’adresse-t-il aux proches des patients/résidents? À toute personne en contact avec eux? À toute personne passant la porte d’un hôpital? Qu’en est-il des intervenants externes temporaires, tels que les ouvriers, techniciens, pompiers, etc.?», poursuit-elle.

En outre, la question des moyens à mobiliser soulève des inquiétudes. «Rappelons que les effectifs des hôpitaux et des MR/MRS sont déjà sous tension», pointe-t-elle. «D’où viendront donc les moyens nécessaires à la mobilisation du personnel chargé des contrôles?»

«L’introduction du CST comme moyen supplémentaire de garantir la sécurité sanitaire dans nos établissements n’est certainement pas à dédaigner. Cependant, Unessa regrette que la décision prise par le gouvernement wallon n’ait pas fait l’objet d’une concertation avec les secteurs concernés», conclut Unessa, en demandant instamment aux autorités wallonnes de surseoir cette décision «au moins jusqu’à ce qu’une concertation avec les secteurs concernés livre ses fruits».

Nos dernières videos