Axel Witsel se confie: «Il me reste peut-être quatre ans à jouer»

Axel Witsel se confie: «Il me reste peut-être quatre ans à jouer»

Axel Witsel évoque aussi son passage en défense centrale en début de saison avec Dortmund: «Tout le monde sait que ce n'est pas ma position préférée». Photo News

Son avenir en club et avec les Diables rouges, sa situation à Dortmund et son nouvel entraîneur: Axel Witsel se livre.

Après avoir traversé la période la plus compliquée de sa carrière suite à sa blessure au tendon d'Achille, le grand Axel Witsel est définitivement de retour. Tant avec le Borussia Dortmund que l'équipe nationale belge, le Liégeois a désormais retrouvé toutes ses sensations. "Jusqu'à présent, tout se déroule sans aucun problème. Je me sens très bien", débute-t-il dans un entretien publié sur le site officiel de son club.

Le milieu de terrain a pourtant débuté la saison à une place inattendue puisqu'il a dû dépanner dans l'axe de la défense lors de quatre matchs consécutifs. "Tout le monde sait que ce n'est pas ma position préférée, je n'ai pas besoin d'insister là-dessus. Mais ça allait. Le coach m'a demandé si j'avais déjà joué en défense centrale. Mais il savait certainement que je l'avais déjà fait en Ligue des champions contre Bruges. La première et unique fois jusque-là."

Mais depuis le retour du break international, Witsel a retrouvé son poste de prédilection, malgré une grande concurrence dans l'entre-jeu (Mohamed Dahoud, Jude Bellingham, Emre Can, ...). "Je pense que mon expérience parle pour moi. La plupart des gars ici sont très talentueux, mais encore très jeunes. Je pense que c'est bien qu'il y ait ce genre de concurrence. Cela nous pousse tous à tout donner à l'entraînement et dans les matchs."

"Certains m'appellent 'oncle'"

Jude Bellingham (18 ans), Giovanni Reyna (18) ou encore le jeune attaquant Youssoufa Moukoko (16) font partie de cette jeunesse bourrée de talent. "Certains m'appellent "oncle".Je suis vieux - ou devrions-nous dire: je suis expérimenté. Et je suis en bons termes avec les autres, par exemple avec Jude, c'est un très bon garçon, surdoué. Un jour, il sera l'un des meilleurs joueurs à son poste. Je suis là pour l'aider, lui et les autres jeunes, sur et en dehors du terrain. Cela vaut également pour Marco (Reus) ou Mats (Hummels), qui font de même."

L'ancien Standardman a aussi dû s'adapter, sans rechigner, au style de jeu de son nouvel entraîneur, Marco Rose. "Le coach a de très bonnes idées, il a aussi changé le système. Nous jouons maintenant avec un diamant au milieu de terrain. Il nous demande beaucoup mais je pense que c'est bon pour nous. J'ai eu beaucoup d'entraîneurs dans ma carrière. Et aucun d'eux ne me déteste (rires). Il n'est pas difficile pour moi de m'adapter à un style différent. Si Rose veut appuyer davantage, alors nous appuierons davantage."

Présent au BVB depuis 2018, Axel Witsel vient d'entamer sa dernière année de contrat. Son avenir sera décidé en temps voulu, selon ses dirigeants. "Axel est un professionnel modèle", souligne le directeur sportif Michael Zorc. "Il aura toujours sa valeur. Il jouit d'un grand respect de la part de tous, il est incroyablement populaire auprès des autres."

"Notre génération a encore une chance de remporter un titre"

Le principal intéressé ne sait toutefois pas encore de quoi l'avenir sera fait. "Honnêtement, je ne sais pas. Je n'ai pas encore de plan", insiste Witsel qui, à la question de savoir combien de temps durera encore sa carrière, a répondu: "Peut-être quatre ans". Il aura alors 36 ans, "et 20 ans dans le football."

A ce moment-là, l'homme aux 116 sélections avec les Diables rouges pourrait avoir déjà raccroché au préalable sa carrière internationale. A moins que... "Je pense que tous les joueurs actuels continueront jusqu'à la Coupe du monde au Qatar. Je veux y aller aussi. Ensuite, le prochain championnat d'Europe aura lieu en Allemagne... Je vois les choses d'année en année, de la même façon dont on pense un match à la fois."

S'il venait à poursuivre jusqu'à l'Euro 2024 en Allemagne (il aura 35 ans), ce serait aussi et surtout pour aider cette génération à enfin remporter quelque chose. "Notre génération a encore une chance de remporter un titre. La qualité est là. Mais je préférerais parler d'une génération dorée si nous gagnons aussi quelque chose", ponctue Axel Witsel qui affrontera le Borussia Mönchengladbach ce samedi (18h30).

Nos dernières videos