FRASNES-LEZ-ANVAING

VIDEO | L’ancien bourgmestre ff de Frasnes, Jacques Dupire, blanchi par la justice

VIDEO | L’ancien bourgmestre ff de Frasnes, Jacques Dupire, blanchi par la justice

Jacques Dupire dit pouvoir enfin laver son honneur. -

La justice a prononcé un non-lieu à l’égard de Jacques Dupire, ancien bourgmestre ff de Frasnes, accusé en 2019 par le MR local et le collège communal de faux en écritures.

Accompagné par un de ses avocats, Jacques Dupire a invité la presse ce jeudi matin pour annoncer qu’il a été innocenté par la justice plus de deux ans après avoir été accusé de faux en écritures.

Souvenez-vous. En février 2019, le MR frasnois éjectait Jacques Dupire du parti et du conseil communal. L’échevin ne faisait plus partie des leurs, Carine De Saint-Martin récupérait le poste de bourgmestre ff occupé par M. Dupire qui avait réalisé un excellent score au scrutin de 2018 (le deuxième de son parti après Jean-Luc Crucke). C’était l’épilogue d’une lutte fratricide. Deux semaines plus tôt, le groupe MR avait annoncé qu’une instruction pénale était menée pour déterminer si Jacques Dupire, médecin de profession, ne s’était pas rendu coupable de faux dans l’établissement d’un certificat médical utilisé dans le cadre du vote par procuration lors des élections de 2018.

Non-lieu sur toute la ligne

Le Procureur du Roi de Mons a établi un premier réquisitoire de non-lieu en avril 2020 aux fins de la fixation devant la Chambre de Conseil de la division de Mons. Ladite Chambre a suivi ce réquisitoire le 6 septembre dernier, en prononçant à son tour un non-lieu.

La justice estime qu’il n’existe aucune charge suffisante contre Jacques Dupire. «En effet, il ressort des auditions des docteurs Vandemelbroek et Wallemacq, des auditions des patients ainsi que de l’audition de M. Dupire, que ce dernier a simplement sollicité des confrères pour établir les attestations d’exemption de vote de ses patients dans la mesure où, étant candidat aux élections, il ne pouvait les établir lui-même et qu’il n’a fait que mentionner le nom de ses patients sur les attestations signées, après vérification du dossier médical, par ses confrères».

Quant aux faits donnant lieu à l’inculpation relative à des faux concernant l’établissement de procurations utilisées lors des élections communales, la justice estime qu’ils sont prescrits. Cependant, précise le jugement, «il n’existe aucune charge suffisante dans la mesure où aucun élément du dossier n’indique que l’inculpé ait donné procuration ou ait utilisé une procuration».

«Le MR local va-t-il reconnaître son erreur?»

Jacques Dupire, parfois très ému lors de la conférence de presse, dit pouvoir enfin mettre un terme à un combat personnel éprouvant et dont les conséquences ont dépassé le seul sujet politique. «La justice confirme mon innocence et démontre le caractère totalement infondé des accusations dont j’ai fait l’objet». M. Dupire dit avoir beaucoup souffert de ce chapitre éprouvant. «Quand on fait de la politique, on s’attend à vivre des moments difficiles. Mais mon exercice professionnel en a aussi souffert, et mes proches, en particulier mon épouse, ont été atteints par toutes ces allégations».

Jacques Dupire déplore l’acharnement dont il a fait l’objet. «Il apparaît clairement qu’il s’agissait bien d’un règlement de compte politique et d’une cabale orchestrée à mon encontre. L’acharnement dont j’ai été victime m’a profondément blessé et n’a eu d’autre effet que de me déshonorer tout en me privant de ma capacité à agir pour les citoyens.».

Il rappelle que les frais engagés pour se défendre sont fort élevés. «La commune a fait payer ses citoyens pour me poursuivre devant la justice avec beaucoup d’acharnement. Je ne ferai pas à mon tour payer les citoyens pour obtenir des réparations du préjudice dont j’ai souffert. Mais il en ira tout autrement pour les personnes qui ont lancé toutes ces choses. Le conseil communal a été trompé, la population aussi. Le MR local va-t-il reconnaître son erreur?» M. Dupire rappelle que Jean-Luc Crucke avait déclaré, au moment de son éviction, que la commune n’avait pas besoin de faussaires. « Il apparaît aujourd’hui que le faussaire n’est pas celui qu’on avait désigné initialement.»

Toujours présent au conseil communal

Jacques Dupire a l’intention de poursuivre son action politique, toujours en siégeant en tant qu’élu indépendant. «Je dois le faire par respect pour tous mes électeurs, par respect pour toutes les voix qui m’ont été attribuées».


Nos dernières videos