article abonné offert

BASTOGNE

Des arbres abattus défigurent le Bois Jacques : Benoît Lutgen explique la raison et le futur projet du site

Des arbres abattus défigurent le Bois Jacques : Benoît Lutgen explique la raison et le futur projet du site

Le bois Jacques est méconnaissable, avec des arbres abattus éparpillés sur le sol et recouvrant certains fox holes. -

Que se passe-t-il au bois Jacques? Bon nombre d’arbres ont été coupés, recouvrant certains fox holes. La faute aux scolytes, mais pas que.

Depuis plusieurs jours, certains s’insurgent de voir le bois Jacques présenter un triste visage. En effet, le site voit actuellement ses arbres être coupés et éparpillés dans le bois. Une opération de débardage prévoit l’abattage d’une quarantaine d’épicéas, au grand désarroi de beaucoup. Benoit Lutgen s’explique.

Des bois scolytés, mais pas seulement

Plusieurs citoyens s’inquiètent de ces travaux de débardage et affirment même que ce lieu de mémoire est en train d’être massacré. «C’est du n’importe quoi, nous a-t-on confiés. Des branches et troncs recouvrent des fox holes. Va-t-on restaurer tout ça? Et pourquoi avoir utilisé des machines?».

Le bourgmestre de Bastogne tient cependant à rassurer en expliquant que ces abattages interviennent tout d’abord dans la crise des scolytes. «D’abord, nous devons abattre les bois touchés par les scolytes. Ensuite, nous devons couper ceux qui sont à risque. Enfin, nous avons abattu les arbres trop faibles, trop dangereux et qui menaçaient de tomber sur les visiteurs. Forcément, nous avons coupé quelques arbres supplémentaires pour que les engins puissent passer. Nous n’avons pas utilisé de chevaux de traits car ceux-ci sont utilisés dans des endroits escarpés ou à forte pente.»

Benoit Lutgen explique également que cela intervient dans le cadre de la sécurisation des lieux: «Il y a quelques années, nous avons racheté une partie des parcelles qui étaient privées, avec l’aide de la Région wallonne, afin d’en faire un lieu de mémoire. Aujourd’hui, n’importe qui peut se rendre sur place. On y retrouve des déchets et les fox holes vandalisés. Le site est classé depuis 2017 et nous voulons le sécuriser, voire le sacraliser.» D’ici la fin de l’année, des clôtures, caméras et points de contacts pour smartphone devraient être installés, avec une inauguration prévue pour l’an prochain.

«Si nous le faisons, ce n’est pas par plaisir»

Le bourgmestre de la Nuts City affirme encore que si ces arbres sont abattus, ce n’est pas par plaisir. « Tout a été fait en collaboration avec le DNF (Département Nature et Forêt), dit-il. On ne coupe pas des arbres comme ça, et encore moins ceux qui ne peuvent pas être coupés. Nous devons même avoir une autorisation si un arbre spécial est concerné. Je tiens à rassurer, ici, on ne parle que d’épicéas!»

La Commune a en effet racheté ces parcelles, qui arrivent à maturité pour certaines, dans le but de préserver la nature. «Sans arbres, ce lieu de mémoire n’a aucun intérêt, surtout si l’on repense à l’hiver 44-45 et à la bataille qui s’est tenue au bois Jacques, en pleine forêt, au milieu d’arbres de grande taille», reprend Benoit Lutgen, qui a d’ailleurs prévu de replanter au fur et à mesure. Je pense que Bastogne est l’une des communes qui plante le plus. On plante chaque année, que ce soit pour célébrer un nouveau-né sur le territoire communal ou encore pour rendre hommage aux vétérans. Nous plantons des arbres fruitiers, des chênes, des hêtres. Des arbres qui ont bien plus d’impact sur la biodiversité que des arbres malades. Le climat ne s’en portera pas plus mal.»

En ce qui concerne les fox holes, ces petites tranchées dans lesquelles se cachaient les soldats et désormais cachées par les branches à la suite de ces abattages, elles devraient être à nouveau visibles prochainement. «Que celles et ceux qui s’inquiètent soient rassurés. Une fois les travaux terminés, le site sera magnifique.», conclut Benoit Lutgen.


Nos dernières videos