article abonné offert

SOCIÉTÉ

VIDÉO | Zennah, le chien qui renifle le sperme pour résoudre les affaires de mœurs

Alors que le texte de la proposition de réforme du code pénal sexuel a été déposé sur la table du Parlement fédéral ce mardi matin, le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, assistait au siège de la Direction d’appui canin de la Police fédérale à la présentation du premier chien «mœurs» de Belgique.

Depuis plusieurs mois, Steven Sterken, maître-chien à la Police fédérale, est en charge du dressage de Zennah, un berger malinois offert par la police néerlandaise.

«Zennah est désormais prête pour partir en intervention dans le cadre des recherches de mœurs», assure le policier.

Concrètement, ce premier chien «mœurs» peut ainsi aider les équipes de la police scientifique à localiser des traces de sperme lorsque celles-ci sont difficilement détectables, comme dans de l’herbe ou à l’intérieur d’un grand bâtiment. Les traces ainsi repérées pourront ensuite être conservées et analysées, afin d’identifier le violeur grâce à l’ADN.

Zennah peut donc aider les équipes «à résoudre des dossiers de mœurs compliqués», explique Steven Sterken.

VIDÉO | Zennah, le chien qui renifle le sperme pour résoudre les affaires de mœurs
Steven Sterken entraîne Zennah depuis près d’un an. EdA - Romain Veys

Un second chien «mœurs», répondant au nom de Nala, est actuellement en formation.

En marge de la réforme du code pénal sexuel

Présent pour l’occasion, le ministre fédéral de la Justice Vincent Van Quickenborne a salué l’initiative, indiquant que la Belgique devenait ainsi l’un des rares pays aux côtés de la Norvège et des Pays-Bas à se doter d’un tel atout.

«Il faut lutter sur tous les fronts contre la criminalité sexuelle, estime le ministre libéral. On cherche notamment à développer des techniques pour récolter des preuves et c’est ce qu’on fait, entre autres, avec Zennah.»

Hasard du calendrier ou non, la présentation de ce projet «chien mœurs» tombe le jour où le projet de réforme du code pénal sexuel a été déposé sur la table du Parlement fédéral.

«C’est une réforme importante, note encore Vincent Van Quickenborne. On constate trop souvent aujourd’hui que des femmes et des filles sont victimes des violences sexuelles. Il y a chaque jour huit déclarations de viol, mais en réalité c’est dix fois plus. On va notamment augmenter les peines. On va aussi mieux définir le consentement, qui sera le nœud de cette réforme.»

VIDÉO | Zennah, le chien qui renifle le sperme pour résoudre les affaires de mœurs
Le ministre de la Justice a marqué son intérêt pour le projet, tandis que le texte de la réforme du code pénal sexuel est justement en discussion au Parlement fédéral. EdA - Romain Veys

Plus d’infos sur ce projet de réforme dans L’Avenir de ce mercredi 22 septembre 2021, sur tablette, smartphone ou PC

Nos dernières videos