ENVIRONNEMENT

Après un printemps «lamentable», les papillons virevoltent en cette fin d’été

Après un printemps «lamentable», les papillons virevoltent en cette fin d’été

Fraîcheur et humidité ont été les maîtres mots du printemps, ce qui n’a pas vraiment été au goût des papillons. Reporters (Illustration)

Alors que le printemps était qualifié de «lamentable» en mai du point de vue des papillons, ces insectes ailés virevoltent désormais en masse en Belgique. «Il y en a davantage qu’au cours des dernières décennies, de mémoire de l’association», se réjouit mêmem l’organisation environnementale Natuurpunt.

Fraîcheur et humidité ont été les maîtres mots du printemps, ce qui n’a pas vraiment été au goût des papillons. Selon Natuurpunt, la situation n’était toutefois pas nécessairement préoccupante car ces insectes ailés parés des plus belles couleurs tourbillonnent toujours davantage pendant l’été et après. Peu de lépidoptères au printemps n’est en outre pas toujours synonyme d’un nombre faible de ces insectes trois mois plus tard.

«La météo a été maussade pendant l’été mais cela a été bénéfique pour les papillons car le soleil et la pluie ont alterné régulièrement, ce qui a profité tant aux papillons qu’aux chenilles», explique Marc Herremans, qui travaille pour Natuurpunt. «Les papillons se gorgent de chaleur et de soleil» tandis que les chenilles sont friandes de pluie car «elles dépendent de plantes hôtes à forte croissance» qui ont besoin d’eau pour pousser.

En outre, une nuée de papillons vulcains migrateurs est arrivée au début de l’été en provenance du sud. Ils ont proliféré sur les grosses orties. La Belgique regorge donc de vulcains mais aussi de l’espèce paon-du-jour, dont le nombre est supérieur à la moyenne.

«Beaucoup de chenilles»

Les vulcains tentent pour l’instant de rejoindre le sud de l’Europe pour y passer l’hiver. Ces papillons peuvent être observés profitant des rayons du soleil dans les espaces ouverts. Ils sont aussi relevés par les nombreux sites qui surveillent la migration des oiseaux. Les vulcains sont principalement présents dans l’est du pays.

Selon Natuurpunt, cette prolifération passagère de deux espèces ne sauvera toutefois pas l’année 2021. «Beaucoup de chenilles ont été signalées jusqu’à la semaine dernière, donc si le temps est favorable, le nombre (de ces papillons, NDLR) augmentera encore dans les deux prochaines semaines. Mais cela ne signifie pas que toutes les espèces de papillons ont connu une bonne année. Parmi les espèces habituelles, la petite tortue, la carte géographique, l’azuré des nerpruns et la piéride du chou ont eu une très mauvaise année, avec des effectifs très faibles», souligne M. Herremans.

Nos dernières videos