WOLUWE-SAINT-PIERRE

À Woluwe-St-Pierre, 20 centimes pour les 6e primaires qui viennent à l’école à vélo. Et 2 fois plus s’il pleut!

À Woluwe-St-Pierre, 20 centimes pour les 6e  primaires qui viennent à l’école à vélo. Et 2 fois plus s’il pleut!

Les enfants reçoivent la valeur de 10 centimes par trajet vers ou depuis l’école. RTL

Pour la Semaine européenne de la Mobilité, Woluwe-Saint-Pierre lance son projet «Buck-e». L’idée: une monnaie virtuelle pour récompenser les élèves qui pédalent pour aller à l’école. La dringuelle est doublée par mauvais temps!

À la veille de l’ouverture de la semaine européenne de la mobilité, la commune de Woluwe-Saint-Pierre a lancé mercredi matin, à l’école du Chant d’oiseau située avenue des Éperviers, son projet «Buck-e», avec pour ce premier jour pluvieux 14 participants sur deux classes de sixième primaire comptant une quarantaine d’élèves.

À travers cette initiative, les enfants qui se rendent à vélo à l’école sont récompensés par de l’argent virtuel, doublé par mauvais temps, à dépenser dans les commerces locaux partenaires. En temps normal, ils recevront un «Buck» pour le trajet aller domicile-école et un autre pour le retour. Soit une somme avoisinant 20 centimes au total. Les élèves participants disposent d’une puce qu’ils doivent scanner au niveau du parking à vélo.

Jusque fin juin

Le projet est ouvert à tous les élèves de sixième primaire dans les huit écoles communales réparties sur quatre sites. À l’école du Chant d’oiseau, ils ont déjà pu passer le brevet cycliste. Des formations seront aussi organisées dans les autres classes participantes.

Ce projet lancé pour la semaine de la mobilité s’étendra jusqu’à fin juin. Au fil des mois, d’autres modes de déplacement devraient être intégrés, comme les trottinettes ou la marche.

Les récompenses dynamisent

La Commune a débloqué un budget pour les récompenses de 3.500 euros jusqu’à fin décembre, prévu pour 200 enfants qui se rendraient tous les jours à l’école à vélo. Les commerçants partenaires peuvent aussi offrir des réductions ou cadeaux. À ces frais variables s’ajoutent 24.000 euros de dépenses pour notamment les dispositifs de scan et des appareils de mesure de la pollution, installés à proximité de trois des quatre sites scolaires concernés.

«On parle beaucoup d’amendes si on ne sort pas bien sa poubelle ou si on roule trop vite, mais je trouve que les sanctions paralysent alors que les récompenses dynamisent», estime l’échevin de la Mobilité de la Transition numérique Alexandre Pirson. «En offrant des points aux gens qui ont des comportements positifs, on crée des cercles vertueux. Le projet aura un impact sur la qualité de l’air et sur la santé. Dans une classe de l’école du Centre, aucun élève ne venait en vélo et une quinzaine d’élèves se sont engagés à le faire! […] Ce projet dynamise aussi le commerce local, après une période Covid difficile et pas très prospère pour les commerçants.»


Nos dernières videos