MONDE

PHOTOS | Indignation après le massacre de 1.500 dauphins aux îles Féroé

Ce massacre de dauphins s’appelle «grind», et est une tradition ancestrale des îles Féroé.Sea Shepherd Facebook

Le gouvernement local des îles Féroé a défendu la technique de pêche traditionnelle du grindadráp. L’association Sea Shepherd, elle, dénonce un «crime contre le Vivant».

C’est un chiffre record. Ce mardi 14 septembre, 1 428 dauphins ont été exterminés aux Iles Féroé, un archipel autonome de l’Atlantique Nord appartenant au royaume du Danemark. Chaque année, des troupeaux de dauphins pilote sont tués selon la méthode traditionnelle du grindadráp (ou grind).

Cette technique de chasse consiste à encercler les cétacés dans la baie avec des bateaux pêche. Les dauphins sont ensuite tués au couteau par des pêcheurs restés à terre. La mer prend alors une teinte rouge sang et les cadavres des dauphins sont entassés sur la plage.

Les autorités locales défendent une chasse écologique et respectueuse. «Il ne fait aucun doute que la chasse aux cétacés dans les îles Féroé est un spectacle dramatique pour les personnes peu habituées à la chasse et au massacre de mammifères. Ces chasses sont néanmoins bien organisées et entièrement réglementées», a ainsi expliqué auprès de l’AFP un porte-parole du gouvernement de Torshavn. Le produit de cette pêche n’est pas commercialisé mais utilisé pour sa viande.

Les associations se mobilisent

Les associations de défense des animaux, elles, dénoncent des actes barbares. L’association Sea Shepherd a notamment qualifié ce massacre record de «crime contre le Vivant». Elle dénonce une chasse organisée sans contrôle, illégalement.

«Cela semble assez extrême et il a fallu du temps pour les tuer tous alors que d’habitude c’est assez rapide», souligne un journaliste de la télévision publique locale KVF, Hallur av Rana, soulignant que 53% de la population de l’archipel était opposée à la pêche de cette espèce mais que les Féringiens n’envisageaient aucunement de renoncer au grind.

Nos dernières videos