CONSO

Prix de l’énergie: les propositions se bousculent dans la majorité

Prix de l’énergie: les propositions se bousculent dans la majorité

Georges-Louis Bouchez. BELGA

Le PS a proposé un rabais forfaitaire. Le MR suggère quant à lui un mécanisme provisoire de cliquet.

Plusieurs partenaires de la coalition Vivaldi ont formulé ces derniers jours des propositions pour faire face à l’augmentation du prix de l’énergie. Dernier en date, le MR qui propose un système provisoire de cliquet.

La Commission de Régulation de l’Énergie et du Gaz (CREG) a mis en garde à la fin août les consommateurs contre l’augmentation du prix de l’énergie, particulièrement pour les clients qui ont conclu un contrat variable. Le régulateur a calculé qu’un ménage moyen pourrait dépenser 1.000 euros par an pour l’électricité et 1.600 euros par an pour le gaz, et il est attendu que ces prix grimpent encore.

Mardi, dans le cadre des discussions budgétaires, la ministre de l’Énergie, Tinne Van der Straeten, a proposé d’étendre le tarif social du gaz et de l’électricité. Une extension a déjà eu lieu cette année, permettant au total à environ un million de ménages de bénéficier de ce tarif. Mais celle-ci expire à la fin de l’année. La ministre écologiste souhaite prolonger la mesure.

Le PS a proposé un rabais forfaitaire. Le MR suggère quant à lui un mécanisme provisoire de cliquet. «Eu égard au fait que près de 60% de la facture sont des taxes et des coûts de gestionnaire de réseau de distribution (GRD), on peut, pour faire face à un pic ponctuel, avoir un système de cliquet sur la taxation environnementale et coûts de GRD afin d’aider le public qui en a besoin», a expliqué le président des libéraux francophones, Georges-Louis Bouchez, sur Twitter.

Le MR ne veut pas «subventionner la consommation d’énergie», une mesure qui serait contraire, selon lui, aux objectifs de réduction de la consommation, et appelle à financer l’isolation des bâtiments «sans attendre». L’augmentation du pouvoir d’achat doit passer par une baisse de la fiscalité sur le travail, a-t-il ajouté.

Dans l’opposition, le PTB a appelé à une réduction de 21% à 6% de la TVA sur l’énergie. Le cdH plaide lui aussi dans ce sens mais en plafonnant la quantité concernée pour éviter un effet pervers sur la consommation. Il voit également d’un bon œil l’élargissement du tarif social et préconise aussi une réduction des coûts de distribution.

Un demi-milliard d’euros disponibles pour alléger la facture, rappelle Khattabi

La ministre fédérale de l’Environnement, Zakia Khattabi, a rappelé mercredi à ses collègues la disponibilité des revenus des droits d’émission ETS pour 2021 qui représenteront à terme quelque 500 millions d’euros. Afin qu’ils ne restent pas gelés et puissent être immédiatement disponibles pour la politique climatique et la réduction de la facture énergétique, elle propose une répartition entre entités calquée sur la clé précédente.

Le système ETS (Emission Trading System) est utilisé dans le cadre des objectifs européens de réduction de gaz à effet de serre et s’applique à divers secteurs gros consommateurs d’énergie. Il repose sur l’échange de quotas d’émission de CO2. Pour la période de janvier à août 2021, la Belgique a reçu 350 millions d’euros, un montant qui devrait passer à 500 millions d’ici la fin de l’année.

Ces moyens sont répartis entre l’État fédéral et les trois Régions en vertu d’un accord de coopération qui a expiré. Faute d’un nouvel accord, la ministre propose à ses collègues une distribution unique fondée sur l’ancienne clé de répartition, soit 52,76% pour la Flandre, 30,65% pour la Wallonie, 7,5% pour Bruxelles et 9,05% pour le fédéral.

«C’est une somme importante que nous pouvons mobiliser pour nos politiques climatiques et soulager les ménages eu égard à l’augmentation du coût de l?électricité. Malheureusement, ces fonds, faute d?accord politique, sont maintenant inutilisés et bloqués sur un compte. Ce n’est ni acceptable ni justifiable au regard de la situation de citoyens et d?entreprises qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts. J’ai toujours défendu l?idée que non seulement les fruits de l?EU ETS devaient bien revenir aux États mais qu?ils devaient servir à financer la transition juste. C?est pourquoi je plaiderai auprès de mes collègues régionaux pour une allocation unique selon l’ancienne clé de répartition», a expliqué Mme Khattabi dans un communiqué.

Pour la répartition des revenus de 2022 à 2030, la ministre espère la conclusion d’un accord entre les différentes entités dans les mois à venir.

Nos dernières videos