article abonné offert

CYCLISME

Jelle Vanendert boucle sa boucle au Grand Prix de Wallonie: «J’ai toujours voulu arrêter ici»

Jelle Vanendert boucle sa boucle au Grand Prix de Wallonie: «J’ai toujours voulu arrêter ici»

BELGA

Le Limbourgeois va conclure sa carrière là où tout avait commencé pour lui il y a quinze ans.

Jelle Vanendert est un homme tranquille, en paix avec lui-même au moment d’accrocher le dernier dossard de sa carrière. «Je sais désormais que je ne devrai plus me faire mal à l’entraînement. Je suis plus relax, je sais que je n’aurai plus besoin d’être performant dans les courses suivantes. Je n’ai pas peur de l’après, même si je me pose pas mal de questions sur la suite. Je suis curieux de voir comment cela va se passer, c’est amusant d’y penser», avance le Limbourgeois de 36 ans.

Ce mercredi, le coureur Bingoal Pauwels Sauces WB va clore un chapitre de sa vie commencé il y a 23 ans et il y a plus de quatorze ans chez les professionnels. Avec la conviction qu’il a fait le bon choix. «La décision a été mûrie au fur et à mesure que l’année avançait jusqu’à ce que je la prenne définitivement. Au début, tu commences à avoir du mal avec les sacrifices puis tu penses à la famille que tu quittes trop souvent», assure le vainqueur d’étape sur le Tour de France 2011.

Le choix de raccrocher le cyclisme à l’issue du Grand Prix de Wallonie est apparu comme une évidence pour Jelle Vanendert. Entre Aywaille et la Citadelle de Namur, le grimpeur belge va en quelque sorte évoluer à domicile. «J’ai toujours voulu arrêter ici car j’ai terminé septième du Grand Prix de Wallonie lorsque j’étais encore espoir (NDLR : en 2006). C’est une course que j’aime à cause de cela et j’ai toujours eu l’idée d’arrêter à cette occasion. J’ai toujours aimé rouler dans cette région et je voulais stopper ma carrière en Belgique donc c’est l’idéal», indique le Limbourgeois.

«Mon avenir est encore un peu flou»

Même s’il n’a plus l’envie de s’imposer les sacrifices inhérents à la pratique professionnelle du cyclisme, Jelle Vanendert n’a pas l’intention de quitter totalement le vélo. «Mon avenir est encore un peu flou. Les équipes sont encore en train de réfléchir à leur organisation pour l’année prochaine donc il est encore un peu tôt pour savoir si je peux rebondir dans l’une d’entre elles. J’aimerais rester dans le cyclisme. C’est un monde que je connais. J’ai toujours donné mon maximum personnellement mais j’ai également eu pour habitude d’essayer d’aider les autres. Je n’ai pas pensé à l’éventualité de ne pas travailler dans le cyclisme mais, de toute façon, j’ai l’intention de prendre mon temps», révèle le coureur Bingoal Pauwels Sauces WB.

À l’occasion de son dernier contrat professionnel, Jelle Vanendert s’est déjà familiarisé avec son éventuel futur métier grâce à son rôle de capitaine de route. «J’avais déjà l’habitude de transmettre aux jeunes chez Lotto-Soudal. Mais chez Bingoal Pauwels Sauces WB, il y a encore plus de jeunes qui sont moins habitués au monde professionnel. J’ai beaucoup communiqué, notamment à propos des stages en altitude, c’était sympa», se réjouit le grimpeur belge.

À l’issue de deux saisons très positives au sein de l’équipe wallonne, Jelle Vandendert va donc boucler la boucle là où tout avait commencé pour lui il y a près de quinze ans.

Kaisen : «Jelle a apporté sa pierre à l’édifice»

Olivier Kaisen, actuel directeur sportif de Bingoal Pauwels Sauces WB, a été l’équipier de Jelle Vanendert de 2009 à 2014. Il savait donc que le recrutement du Limbourgeois, au début de la saison 2020, était parfaitement justifié. «Je le connais bien et Christophe Brandt également. Nous savions que nous n’aurions pas de problèmes avec lui», assure le Namurois.

Durant deux saisons, Jelle Vanendert a parfaitement endossé son rôle de capitaine de route. «Pour la transmission aux plus jeunes, on aurait difficilement pu avoir quelqu’un de mieux que Jelle. Il est calme, posé, il connaît la course et c’est un bon communicant. Son arrivée a également permis à nos coureurs de rouler pour un grand leader dans les classiques wallonnes et donc de découvrir une autre facette de la course. Cela leur a fait passer un cap», détaille Olivier Kaisen.

L’apport de Jelle Vanendert dans le collectif Bingoal Pauwels Sauces WB n’est sans doute pas étranger à l’excellent début de saison de l’équipe belge. «Chaque détail compte pour franchir les étapes et Jelle a apporté sa pierre à l’édifice grâce à sa mentalité et ses résultats», explique le Namurois.

Jelle Vanendert va disputer la course organisée par Christophe Brandt, son patron depuis deux ans, pour ses adieux en tant que coureur professionnel. Tout un symbole.

Nos dernières videos