ANDERLECHT

Des cuves venues par l’eau et… le toit: 5 choses à savoir sur la nouvelle brasserie du Brussels Beer Project

La nouvelle brasserie du Brussels Beer Project sera «celle qui produit le plus de bière au cm3». Sous son toit multicolore en effet: une forêt de cuves en rangs serrés. Alors que les 4 dernières arrivent par péniche, les fondateurs font le point.

C’est paraît-il un «convoi exceptionnel»: 4 cuves argentées de 274.000 litres chacune ont abordé à Anderlecht ce mardi 14 septembre. La péniche qui les transportait a traversé tout Bruxelles par le canal pour accoster au bassin de Biestebroeck. Destination: la nouvelle brasserie du Brussels Beer Project où ces beautés d’inox rejoignent leurs semblables.

Des cuves venues par l’eau et… le toit: 5 choses à savoir sur la nouvelle brasserie du Brussels Beer Project
Olivier de Brauwere et Sébastien Morvan, cofondateurs du Brussels Beer Project, espèrent ouvrir en mars 2022 à Anderlecht. Impatients, ils organisent une «chantier party» le 23 octobre. ÉdA – Julien RENSONNET

Les fondateurs du BBP ont fait un sacré chemin depuis 2013. À cette époque, Oliver de Brauwere et Sébastien Morvan lançaient leur concept novateur: une bière à élire par le public. La Delta est sortie victorieuse de cette campagne inaugurale. Devenue une star des bars belges, elle a depuis lors reçu des dizaines de petites sœurs. Qui s’écoulent chez les cavistes, dans les supermarchés, mais aussi dans les bars siglés du BBP: à la petite brasserie de Dansaert ouverte en 2015, à la toute nouvelle «tap room» du Châtelain, ou dans les enseignes de Paris et Tokyo.

Des cuves venues par l’eau et… le toit: 5 choses à savoir sur la nouvelle brasserie du Brussels Beer Project
Le Brussels Beer Project a réceptionné ses 4 dernières cuves inox via le canal. Ensuite, elles sont entrées dans leur nouvelle maison par le toit, rouvert pour l’occasion. ÉdA – Julien RENSONNET

Dès le 8 décembre, toutes les pale-ales, les IPA et les stouts du Beer Project seront brassées à Anderlecht. «Enfin», railleront certains, qui goûtent peu l’identité bruxelloise revendiquée par le duo alors qu’une part importante de leur production reste encore délocalisée. Pas de quoi chiffonner les fondateurs le jour de l’arrivée des dernières cuves dans leur nouveau QG à 6 millions d’euros. Quelques mois avant de pouvoir déguster une pinte tout frais sortie des cuves, ils font le point alors que les mastodontes entrent chez eux… par le toit.

 

1Une forêt de cuves

 

Des cuves venues par l’eau et… le toit: 5 choses à savoir sur la nouvelle brasserie du Brussels Beer Project
Le Brussels Beer Project assure qu’avec ses 17 cuves de fermentation et 6 cuves de brassage, il produira à Anderlecht la plus grosse capacité de bière au cm3 de Belgique. ÉdA – Julien RENSONNET

Les 4 cuves arrivées ce 14 septembre viennent grossir les rangs d’une véritable forêt d’inox. «Nous disposons de 6 cuves de brassage et 17 cuves de fermentation auxquelles on pourrait ajouter 8 exemplaires supplémentaires», dénombre Olivier de Brauwere. «Les plus grandes font 274 hectos, les plus petites 50. Les petits brassins expérimentaux iront dans les plus petites, les bières traditionnelles dans les grandes». À Biestebroeck, le BBP pourra brasser 5.000 litres jusqu’à 4 fois par jour. Ces réceptacles à houblon ont été serrés au millimètre dans le volume alloué. de Brauwere: «Nous sommes la brasserie belge qui produit le plus d’hecto au cm3: c’est un vrai Tetris ici».

 

2Production plus que doublée, 25 emplois en plus

 

Cet équipement venu d’Allemagne, de Belgique et d’Europe de l’Est permettra dans un premier temps de passer à 35.000 hectolitres par an. Soit 10 millions de bouteilles. Ce chiffre devrait permettre au BBP d’obtenir le titre officieux de plus gros producteur brassicole de Bruxelles «dès 2022». «On vend aujourd’hui 20.000 hectos», glisse de Brauwere. «Si on ajoute les cuves supplémentaires, on atteindra 50.000 hectolitres». Soit une production plus que doublée. De quoi créer 25 emplois en plus à ajouter aux 50 actuels. On commence tout doucement ici à dépasser le stade de la microbrasserie…

 

3Un toit multicolore

 

Des cuves venues par l’eau et… le toit: 5 choses à savoir sur la nouvelle brasserie du Brussels Beer Project
Identité du BBP, les bandes de couleur de ses étiquettes s’affichent désormais sur son toit. ÉdA – Julien RENSONNET

Le toit multicolore de la brasserie rappelle ses étiquettes. Les cyclistes qui longent la voie d’eau l’aperçoivent désormais depuis très loin. «Ce “splash” saute aux yeux. Il amène plus de couleurs dans un quartier postindustriel qui en a besoin», remarque Sébastien Morvan. L’idée du bureau Office KGDVS a été bien reçue par le Maître Architecte bruxellois. «Il nous a juste demandé d’orienter le bâtiment sur l’espace public, et pas sur le “biergarten”, l’espace jardin à l’arrière. Ce qu’on a fait avec plaisir pour s’ouvrir sur le quartier», concède Olivier de Brauwere.

 

4Une brasserie amarrée à l’eau

 

Des cuves venues par l’eau et… le toit: 5 choses à savoir sur la nouvelle brasserie du Brussels Beer Project
Le Brussels Beer Project a réceptionné ses 4 dernières cuves inox via le canal. Une façon pour le Port de Bruxelles de valoriser sa voie d’eau pour «remplacer les camions». ÉdA – Julien RENSONNET

Logée sur un terrain de 1860m2, la brasserie offrira une vue imprenable sur le canal. La concession sur ce terrain du Port de Bruxelles court sur 40 ans. «On espère que le site deviendra un lieu convivial pour le quartier», plaide Philippe Matthis, directeur du Port de Bruxelles. «Mais le rôle du Port, c’est aussi prouver qu’il y a moyen de faire autrement. Ces cuves, c’est le 8e transport exceptionnel par voie d’eau enregistré ces derniers mois. Outre le transport conventionnel de vrac, essentiellement des matériaux de construction, nous avons entre autres fait venir les structures métalliques de l’avant-port, celles du pont Suzan Daniel et celles des nouvelles passerelles entre Bruxelles et Molenbeek. Grâce à ça, on remplace les camions dans la ville».

 

5Une brasserie plus verte

 

Si la toiture claque avec ses couleurs rappelant les étiquettes de la gamme, elle va être en partie recouverte de panneaux solaires. De quoi permettre au bâtiment de subvenir à «30 ou 40%» de ses besoins en énergie. Le lieu n’utilisera «aucune énergie fossile» pour sa clim: tout se passera grâce à la ventilation et à la circulation de la chaleur résiduelle de l’eau de brassage. L’eau de pluie ruisselant du toit sera récupérée pour alimenter les toilettes et assurer le nettoyage. Neutre en carbone «dès le jour 1», le BBP s’engage à devenir «carbone négatif» en 2024. Voilà comment pousser nettement plus loin la logique de récup entamée avec la Babylone, bière au pain invendu. Puis les pains cuisinés avec les drèches, restes de céréales de brasserie.

+ Le BBP annonce une « Chantier party » le 23 octobre de 14 à 20h au 23 quai de Biestebroeck à 1070 Anderlecht. L’ouverture de la salle de dégustation et du «bier garten» extérieur est prévue en mars 2022.


Nos dernières videos