CORONAVIRUS

La moitié des Bruxellois sont 100% vaccinés: «Les contaminations se stabilisent mais les chiffres restent élevés»

La moitié des Bruxellois sont 100% vaccinés: «Les contaminations se stabilisent mais les chiffres restent élevés»

Trois points de vaccination décentralisés ont ouvert dans les gares bruxelloises: à Central, Midi et Schaerbeek. BELGA

«Les chiffres ne sont pas bons et l’hiver est à nos portes»: voilà le climat dans lequel les autorités bruxelloises se débattent alors que les courbes du covid ne descendent pas dans la capitale. Pas plus que celles des vaccins ne grimpent.

«Les chiffres sont en train de se stabiliser, mais il faut tout de même dire que le niveau (des contaminations) est très élevé».

C’est ainsi qu’Inge Neven entame le point hebdomadaire de la Cocom concernant la gestion de la crise sanitaire. Le visage est grave. Et l’humeur de la responsable du dispositif Covid-19 de l’institution bicommunautaire ne se déridera pas ce 14 septembre. Voici donc les différents indicateurs qui, à ses yeux, ont marqué la semaine écoulée sur le front du covid dans la capitale.

Stabilisation du taux d’incidence

Avec 578 cas sur 100.000 habitants sur les 14 derniers jours, «le taux d’incidence se stabilise par rapport à la semaine dernière», note Inge Neven. On vient en effet de 575 mardi dernier, 541 le précédent. Notez qu’on était encore à 371 le 11 août, 305 le 3 août, 275 le 31 juillet et 152 le 15 juillet.

Taux de positivité au plus bas depuis septembre

Le taux de positivité est lui en léger recul, à 6,9% (7,3% la semaine passée, 7,5% celle d’avant, 4,7% le 11 août). Ce, alors que «les tests raugmentent». Cette diminution du taux de positivité est sans doute due aux retours de zones rouges qui ralentissent: «leur proportion diminue par rapport aux semaines précédentes», note l’experte. Rappel: Bruxelles impose désormais la quarantaine de 10 jours aux voyageurs non vaccinés revenus de zone rouge. Conséquence: une valeur R de reproductivité «juste sous le 1», à 0,988, soit une fine diminution.

Les plus jeunes les plus contaminés

Ce sont toujours les 10-19 ans qui sont les plus contaminés (523 des 2.621 nouvelles contaminations entre le 7 et le 13 septembre), «mais on garde pas mal de cas positifs jusqu’à 50 ans», alerte Neven (2.096 cas, soit 80% des cas).

Pression toujours sur les hôpitaux

Bruxelles enregistre ce 14 septembre «70 à 75 cas en soins intensifs» additionnés de «220 personnes hospitalisées». Satisfaction: «une petite diminution des décès», toujours aux alentours de 2 quotidiens. Inge Neven de commenter: «Il faut convenir que les chiffres ne sont pas bons et que l’hiver est à nos portes. Ces chiffres actuels vont sans doute avoir un effet sur les hospitalisations. Et si la vaccination ne s’accélère pas, je crains qu’on ait encore du mal pendant l’hiver».

Les chiffres ne sont pas bons et l’hiver est à nos portes. Si la vaccination ne s’accélère pas, je crains qu’on ait encore du mal pendant l’hiver

Tout petit mieux vaccinal

Rayon taux de vaccination, les 18-24 ans ont gagné 1% et les 12-17 ans 2% sur la semaine écoulée. Conséquence: le taux de Bruxellois totalement vaccinés dépasse les 50% depuis cette semaine. 616.700 Bruxellois sont enregistrés. Ce chiffre est «sans doute encore sous-estimé» en raison des expatriés vaccinés dans leur pays d’origine et qui n’ont pas renseigné la piqûre dans VacciNet. Plus important: «le taux de vaccination des personnes présentant des facteurs de comorbidité dépasse les 75%».

Objectif 16.000 doses: toujours pas

Bruxelles n’atteint toujours pas l’objectif établi de 16.000 doses hebdomadaire pour cette rentrée. «Malheureusement, on atteint seulement 10.000 piqûres», déplore Inge Neven. Un léger mieux puisqu’on était à 9.700 puis 9.900 les semaines précédentes. Satisfaction tout de même: les actions décentralisées, dont celles dans 3 gares bruxelloises, augmentent à 34% des injections (pour 20% il y a 15 jours).

Après bpost et la SNCB «qui ne donnent pas grand-chose», la STIB entre dans la danse vaccinale cette semaine. Enfin, avec 550 injections, les supermarchés attirent moins (on vient de 800).

Covid Safe Ticket: «Un outil pour garder les secteurs ouverts, mais…»

Si les discussions restent en cours sur les modalités de l’instauration d’un Covid Safe Ticket renforcé à Bruxelles, Inge Neven rappelle que le dispositif doit être vu comme «un moyen, un outil pour garder des secteurs ouverts sans passer par un confinement si les chiffres ne sont pas bons». Mais la spécialiste menace d’emblée: «Il faut convenir que les chiffres ne sont pas bons et que l’hiver est à nos portes».

+ LIRE AUSSI | Si le Covid Safe Ticket est activé à Bruxelles, c’est promis, « ça sera temporaire »

Cependant, «ce ne sont pas les vaccinations qui décideront» de l’instauration de ce fameux pass sanitaire à la bruxelloise. Sur ce front cependant, la Cocom «reste ambitieuse» et ne s’avoue pas vaincue même si l’objectif des 65% de Bruxellois vaccinés «pour fin octobre» s’éloigne tout doucement. «On poursuit nos efforts mais, en attendant, la pression augmente sur les hôpitaux». Or, c’est bien cette pression, doublée aux courbes du taux d’incidence, qui décideront.

+ LIRE AUSSI | Covid Safe Ticket en vue dans les bars et restos bruxellois : « Nous plaidons pour le système italien »

+ LIRE AUSSI | Vers le Covid Safe Ticket dans des salles de fitness bruxelloises en petite forme : « Va-t-on nous traiter de collabos ? »



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos