Journée d’hommages à Johnny Hallyday ce mardi: découvrez la statue du taulier

L'artiste Bertrand Lavier et son installation de la statue en hommage à Johnny Hallyday sur la future esplanade Johnny Hallyday près de l'AccorHotels Arena (Bercy) à Paris.Photo News

Quatre ans après le décès de Johnny Hallyday, une journée d’hommage est organisée ce mardi à Paris avec l’inauguration d’une statue et un concert.

Arrivée de 150 bikers, premières notes de musique, des fans venus de très loin... La journée d’hommage à Johnny Hallyday a démarré mardi matin à Paris, entre deux averses, quatre ans après la disparition du chanteur.

«Je suis venue spécialement d’Issoire en Auvergne, je n’aurais manqué ça pour rien au monde», déclare à l’AFP Monique Charrade, 53 ans, parmi les fans. Elle sera également au grand concert du soir.

Car cette journée est marquée par plusieurs temps forts. Dont l’inauguration de l’Esplanade Johnny, sur le vaste parvis devant Bercy, avec une plaque dévoilée en présence de Laeticia Hallyday, sa veuve, et d’Anne Hidalgo, maire de Paris.

Journée d’hommages à Johnny Hallyday ce mardi: découvrez la statue du taulier
Laeticia Hallyday. AFP
«Johnny aurait été si fier» de voir son nom «ancré pour toujours dans le sol de Paris», a déclaré Laeticia Hallyday.

«Il était un roc», «Johnny est toujours parmi nous», a ajouté Anne Hidalgo. «Notre souhait était d’offrir un lieu en France où tous les fans pourraient venir se recueillir sans se rendre de l’autre côté de l’Atlantique».

Le chanteur a été enterré sur l’île de Saint-Barthélémy, aux Antilles.

«On aura enfin un lieu pour se retrouver entre fans de Johnny», se réjouit Véronique Berson, commerçante à Grandrieu (Lozère). «Ca méritait bien de faire 600 km, on l’attendait depuis longtemps cet hommage!».

Un mini concert s’est déroulé en matinée devant Bercy avec les cinq derniers musiciens de Johnny Hallyday, dont Yarol Poupaud (guitariste) et Yvan Cassar (metteur en son des albums symphoniques). Ils ont joué sous une tente transparente, pluie oblige.

Quelque 150 bikers et leurs motos étaient également présents, dont certains avaient escorté le cercueil de Johnny jusqu’à la Madeleine le 9 décembre 2017, pour les obsèques.

La salle parisienne de Bercy (aussi appelée Accor Arena) et ses alentours n’ont pas été choisis au hasard: le rockeur préféré des Français y a donné 101 concerts.

Une statue à sa mémoire

Dans la foulée, une œuvre du plasticien Bertrand Lavier intitulée «Quelque chose de...» , allusion au célèbre tube, a été révélée.

L’oeuvre ne représente pas le chanteur car il détestait les sculptures à son effigie a expliqué Laeticia Hallyday dans Le Parisien. «C’est sa vraie moto, mais elle a été désossée, sans moteur, sans les éléments qui pourraient énerver les écolos», a affirmé Laeticia.

Cette représentation «figurative» de la star, selon son créateur, contestée par les écologistes parisiens, a finalement été approuvée par le Conseil de Paris.

«C’était le choix de Johnny d’être enterré à Saint-Barth et je l’ai respecté. Mais les fans se sont sentis abandonnés et je l’ai compris. Pour faire son deuil, c’est compliqué de ne pas avoir de lieu pour se recueillir, déposer des fleurs.»

«Cette œuvre a déchaîné les passions, mais c’est bien. Johnny adorait faire parler de lui. Quand on ne parlait pas de lui, il était presque vexé.»

La statue de 6 mètres de haut représente un mât en forme de manche de guitare, avec au sommet une Harley Davidson ayant appartenu à Johnny.

La veuve a expliqué sa démarche sur le plateau deQutodien ce lundi. « Cette œuvre c’est la quintessence de toute la vie de Johnny. La musique, le rock and roll et la route avec la HArley. C’est un mélange de toute l’histoire de sa vie. Il aurait été très fier et très ému de cette œuvre. »

Inauguration du «Johnny’s Bar»

Les festivités se poursuivaient en milieu de journée avec l’inauguration du «Johnny’s Bar», géré par l’Accor Arena et dédié au chanteur disparu. On pourra y voir, entre autres, une guitare et un costume de scène de l’artiste prêtés par Laeticia Hallyday.

Et à 21H00, sur la scène de Bercy, débutera le concert «Johnny Hallyday que je t’aime», devant 10.000 fans et en direct sur France 2. Organisé par sa veuve, ce show aligne des têtes d’affiches (Florent Pagny, Patrick Bruel, Catherine Ringer, Louis Bertignac, Calogero, Gaëtan Roussel, Patrick Fiori, Julien Doré, etc.)

Ils reprendront les hits, mais sans duo virtuel ni hologramme du chanteur décédé. «Je ne suis pas prête pour ça», confie Laeticia Hallyday lundi dans Le Parisien.

Sans David et Laura

La voix du taulier résonnera toutefois dans la salle parisienne avec quelques titres tirés d’archives. Ni David Hallyday ni Laura Smet, les deux premiers enfants de Johnny, ne participeront à cette fête.

Invité, l’aîné du chanteur, «en tournée», s’est fait excuser. Laura Smet a décliné sur Instragram selon la veuve. «Nos rapports restent compliqués. J’ai tendu la main plusieurs fois... J’espère qu’on arrivera un jour à ne plus se parler par avocat...», commente Laeticia Hallyday dans Le Parisien.

Et contrairement à la rumeur, il n’y aura pas un hologramme de Johnny lors du concert. La veuve a expliqué ses raisons sur le plateau de Quotidien de Yann Barthès.

A la veille du quatrième anniversaire du décès du chanteur (dans la nuit du 5 au 6 décembre), les chansons de Johnny continuent de vivre: l’«Acte II» de ses grands titres en version symphonique vient de sortir, le premier opus s’était écoulé à plus de 500.000 exemplaires et ses titres ont du succès jusque sur les plateformes.

«Johnny, chez nous, c’est plus de 10% tous les ans. En janvier 2018, il avait 70.000 followers. A l’été 2021, 800.000. 47% ont entre 18-34 ans», souligne auprès de l’AFP Nicolas du Roy, directeur éditorial de Spotify.

«Dans l’inconscient collectif, il est le plus grand chanteur français. Il y a une permanence. Les jeunes le découvrent avec les parents qui se mettent aussi aux plateformes», ajoute-t-il. «Et plus généralement, les playlists des jeunes mélangent tous les styles musicaux».

Une expo itinérante à Bruxelles en 2022

Laeticia Hallyday prépare déjà activement les cinq ans de la mort de Johnny. A cette occasion, une exposition itinérante fera escale à Bruxelles en 2022.

«Johnny n’aurait pas aimé quelque chose de figécomme un musée. On va partir sur les routes durant 5 ans comme une tournée. Et on va aller à la rencontre de son public. On a commencé à travailler, il y a 8 mois.»

«Elle s’installera d’abord pendant six mois à Bruxelles. Johnny se sentait mi français mi-belge, donc je voulais aussi marquer l’histoire de ses racines à travers son père. Ensuite, elle voyagera dans toute la France. Johnny ira voir ses fans comme il faisait en tournée.» explique-t-elle au Parisien.

Nos dernières videos