article abonné offert

EMPLOI

INFOGRAPHIES | Employeurs optimistes cherchent talents à tout prix (ou presque)

INFOGRAPHIES | Employeurs optimistes cherchent talents à tout prix (ou presque)

En Wallonie, 75% des employeurs éprouvent des difficultés à dénicher la perle rare. insta_photos - stock.adobe.com

Si un employeur sur deux espère renforcer ses effectifs d’ici la fin de l’année, la main d’œuvre qualifiée continue de manquer. Et force les patrons à s’adapter.

Le marché de l’emploi se montre de nouveau optimiste pour les mois à venir. C’est en tout cas ce qu’il ressort du dernier baromètre de ManpowerGroup publié aujourd’hui. Ainsi, sur les 520 employeurs belges sondés fin juillet, un sur deux (50%) annonce vouloir embaucher d’ici fin décembre. Mieux, après corrections des variations saisonnières, la prévision nette d’emploi (soit la différence entre le pourcentage d’employeurs qui prévoient des engagements et le pourcentage de ceux qui prévoient des licenciements) pour le prochain quadrimestre (+30%) atteint un niveau encore jamais enregistré depuis le lancement de ce même baromètre en 2003.

Autre point positif, la prévision nette d’emploi, qui bondit de 16 points par rapport au trimestre précédent, devrait profiter à toutes les régions du pays. Exemple avec la Wallonie et Bruxelles où les intentions de recrutement avoisinent respectivement 33% et 27%.

D’après Philippe Lacroix, directeur général de ManpowerGroup BeLux, «le succès de la campagne de vaccination et les assouplissements des mesures sanitaires» expliquent principalement la confiance retrouvée des patrons. Et ce, aussi bien en Belgique que dans le monde où les perspectives d’emploi sont au plus haut niveau depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Reste que, dans un marché où les créations d’emplois pour le prochain trimestre sont le plus souvent annoncées dans le monde de la finance, de l’assurance et de l’immobilier, 77% des employeurs belges ne parviennent pas à trouver la perle rare. En cause, «des pénuries de talents qui atteignent des niveaux records depuis 15 ans», note Philippe Lacroix.

Dans un des pays les plus touchés au monde par la raréfaction de main d’œuvre qualifiée, «83% des employeurs à Bruxelles et 75% des employeurs en Flandre et en Wallonie éprouvent ainsi des difficultés à remplir leurs postes vacants», poursuit le directeur général de ManpowerGroup BeLux.

«Les résultats de notre enquête indiquent clairement que nous sommes plongés dans un «marché de candidats», ce qui signifie que les entreprises se disputent les meilleurs talents en mettant en place des stratégies concrètes d’attraction et de rétention, estime Philippe Lacroix. Un nouvel «ordre du travail» est en train d’émerger, axé sur les choix individuels des travailleurs qui ont repris la main et qui s’attendent à ce que l’on s’adapte à leurs attentes, surtout les plus qualifiés.»

Résultats des courses? Tandis que les meilleurs talents belges profitent d’un salaire et de conditions de travail plus attractifs, certaines entreprises (19%) se disent prêtes à diminuer leurs exigences en matière de compétences ou d’expérience.

Nos dernières videos