YVOIR - Tribunal correctionnel de Dinant

Altercation avec un conducteur au rond-point: en perdant les pédales, était-il plus policier que simple cycliste?

Altercation avec un conducteur au rond-point: en perdant les pédales, était-il plus policier que simple cycliste?

Le rond-point d’Yvoir a été le témoin de la difficile cohabitation entre cyclistes et automobilistes. ÉDA

Qui, du cycliste ou de l’automobiliste, a frappé le premier? Une question qui divise toujours autant, même avec une vidéo à l’appui.

Les faits, qui remontent au 13 février 2016, se situent au rond-point d’Yvoir. Un groupe de 30 cyclistes qui veut rejoindre la rive droite de la Meuse s’y engage. C’est alors qu’une camionnette s’insère dans le convoi. Une manœuvre jugée dangereuse par un des sportifs. Particulièrement remonté, il se serait positionné à hauteur du véhicule, garé sur le côté. Des coups ont été échangés. Qui a commencé? Entre l’avocat du cycliste poursuivi dans cette affaire et celui du conducteur, partie civile, on a de cesse de se renvoyer la balle.

Et pourtant, chaque partie s’appuie – pour l’essentiel – sur cette vidéo prise par un des cyclistes équipé d’une caméra Go Pro. Du côté de la partie civile défendue par Me Delvallée, cette pièce «permet de remettre en perspective les mensonges du cycliste». Un prévenu dont le métier de… policier aurait influé sur les sorts divers connus par ce dossier. Pour le conseil, la vidéo est limpide. On y voit le prévenu faire des gestes en direction du véhicule.

Un témoin aurait évoqué «une camionnette encerclée par des cyclistes oppressants». Le conducteur a à peine entrebâillé la portière qu’il se voit plaquer sur le siège par le cycliste furieux. Le conducteur saisit des objets à portée de main (un rétroviseur et une clé à douille) et se défend. Son client est en état de légitime défense. Il est attaqué dans sa camionnette. Me Delvallée réclame 1 000€ à titre provisionnel pour les quatre mois d’incapacité et une expertise.

30 mois

Même lecture du côté du Ministère public, représenté par le substitut Kerkhofs. Si les témoins (dont certains ont été convoqués au tribunal en mars dernier) présentent des versions parfois contradictoires, celle de la victime n’a pas varié. Ce qui inquiète le substitut, c’est plus la réaction du policier qui «doit se positionner comme protecteur de la société». Le Parquet requiert trente mois et 300€ d’amende sans s’opposer à une mesure de faveur.

Du côté de la défense, on met en avant l’attitude du conducteur qui scinde un groupe de 30 cyclistes et freine à répétition. Son client s’est porté à la hauteur du véhicule pour signaler une conduite dangereuse. Et c’est l’automobiliste qui frappe le premier «à coups de barre de fer». Pour preuve: le casque littéralement cassé en deux et les traces aux mains. «Il a agi en état de légitime défense», souligne l’avocate. Elle sollicite l’acquittement.

Le cycliste se déclare choqué d’avoir été traité de menteur. Concernant, son intervention, il estime qu’elle fait partie de son métier: «je suis formé à ça». Reste à savoir si la profession n’a pas pris le dessus sur le volet sportif. Jugement le 14 octobre prochain.


Nos dernières videos