BUZZ

Attentats du 11 septembre: comment des images de Star Wars ont-elles pu se retrouver en plein direct?

Attentats du 11 septembre: comment des images de Star Wars ont-elles pu se retrouver en plein direct?

Théories du complot et scénarios de sciences-fictions ont animé la toile. ina.fr

C’est la question, relancée par un article de l’Institut national de l’audiovisuel français, qui a animé la toile ces derniers jours.

Vingt ans après les attentats meurtriers qui ont marqué l’Amérique et le monde entier, l’INA s’est penchée sur un phénomène pour le moins étrange qui s’est produit durant le direct de Patrick Poivre d’Arvor du 11 septembre 2001.

L’événement en question a été mis en lumière par Katharina Niemeyer, une étudiante en communication qui réalisait une recherche sur le traitement de ces événements par différents médias. Et ce qui a retenu son attention en 2005, alors qu’elle visionnait les images d’archives de ce 11 septembre 2001, soulève son lot de questions.

Le 11 septembre 2001, les téléspectateurs de TF1 qui somnolaient devant le téléfilm de l’après-midi n’ont pas eu le temps de découvrir le dénouement du feuilleton. À 15 h 30, la direction de TF1 interrompt brutalement ses programmes et diffuse à la place l’antenne de LCI, la chaîne d’information en continu du groupe.

Un visage connu remplace PPDA

À ce moment-là, personne ne connaît l’ampleur des événements, même si tous comprennent qu’elle est énorme. Patrick Poivre d’Arvor tente de commenter les images terribles transmises par les États-Unis, tout en les découvrant. «Deux avions se sont encastrés à seulement dix-huit minutes d’intervalle dans les tours jumelles, ce qui fait bien sûr penser à un attentat», observe alors le journaliste. Mais au milieu de ces séquences, l’image de PPDA laisse la place à un autre visage connu.

Sous le bandeau rouge «En direct du World Trade Center, New York», apparaissent successivement une silhouette dans un cockpit, une ombre dans un tunnel blanc, un homme doté du visage de Harrison Ford, et une forme qui évoque un vaisseau spatial. Retour au visage de PPDA qui poursuit, impassible, son édition spéciale.

À Lyon, en 2005, Katharina Niemeyer prend du temps à identifier ces séquences lorsqu’elle les voit. La chercheuse est intriguée et très sceptique, rapporte l’INA. En cherchant d’autres témoignages, Katharina ne trouve rien. Mais depuis, le sujet évolue à bas bruit sur les forums consacrés au 11 Septembre. Des internautes s’interrogent sur «le comportement très étrange de TF1», d’autres suspectent «un hacking du journal de Patrick Poivre d’Arvor» pour «faire passer un message», voire une blague douteuse. La rumeur gonfle et enflamme la toile au fil des années, jusqu’à nourrir les théories les plus folles.

Un documentaire de 1999

Certains détails permettent pourtant de se rapprocher de l’explication, sans pour autant parvenir à élucider le mystère. Des fans de Star Wars ont repéré que la séquence diffusée sur TF1 n’était pas tout à fait identique à celle du film, l’action y étant comme condensée. L’INA rapporte que ces fans attentifs ont fini par trouver la probable source de ce montage: un documentaire de 1999 consacré à la société d’effets spéciaux de George Lucas.

Philippe Perrot, le rédacteur en chef adjoint du 20 Heures interrogé par l’INA, se souvient parfaitement de ces heures-là. Pour lui, il s’agit simplement d’une «boulette des sources américaines» qui envoyaient des images dans tous les sens. Au cours de ses recherches, Katharina Niemeyer avait pourtant étudié les journaux télévisés de ABC et CBS sans repérer d’images de Star Wars.

Ce 7 septembre 2021, ce sont les internautes qui sont finalement parvenus à élucider le mystère. La publication de l’article de l’INA a relancé l’enquête collective et des internautes, qui ont établi que le fameux documentaire consacré à la société d’effets spéciaux de George Lucas avait été diffusé sur Canal + le 11 septembre 2001 à 16 h 12 – ce qui relance l’hypothèse du bug en régie. «Les images qui nous intéressent apparaissent 3 minutes et 29 secondes après le début du documentaire, soit précisément au moment de leur irruption sur TF1», observe le journaliste Mathieu Deslandes. Et la magie d’internet opéra pour élucider l’un des plus grands mystères du petit écran.

Le 11 septembre 2011 - Le fil d'une funeste journée