FRANCE

Attentats du 13 novembre 2015: six ans après, le procès débute

Attentats du 13 novembre 2015: six ans après, le procès débute

Un important dispositif de sécurité est mis en place autour du Palais de justice de Paris. AFP

Ce mercredi débute en France le procès des attentats du 13 novembre 2015. Vingt accusés vont être jugés à Paris. Retour sur ces tristes événements en trois questions.

1.Que s’est-il passé?

Le 13 novembre 2015, Paris est la cible de plusieurs attentats.

Trois commandos terroristes composés en tout de neuf tireurs tuent 131 personnes et en blessent plus de 400 autres. Ils visent des terrasses de cafés, une salle de concert (le Bataclan) et les abords du Stade de France.

Ce sont les attentats les plus meurtriers que la France ait jamais connus. Et ils sont revendiqués par l’organisation État islamique (EI), une organisation terroriste qui veut imposer un islam (la religion des musulmans) radical et faire appliquer des règles extrêmes. Sa méthode? Semer la terreur et commettre des atrocités.

2.Qui va être jugé?

Vingt personnes ont été renvoyées devant la cour d’assises pour leur implication dans les attentats du 13 novembre 2015.

Une cour d’assises est un tribunal qui juge les crimes. Elle est en partie composée de citoyens, désignés par tirage au sort.

Quatorze des accusés seront présents, dont Salah Abdeslam, le dernier survivant présumé des commandos terroristes de ces attentats du 13 novembre. L’homme faisait partie du commando dit «des terrasses». Il était porteur d’une ceinture d’explosif qu’il n’a pas fait exploser. Depuis son arrestation, il ne répond à aucune question et ne donne aucune information sur l’organisation des attentats.

Attentats du 13 novembre 2015: six ans après, le procès débute
- AFP

3.Qui demande réparation?

Le procès impliquera 330 avocats et 1 800 parties civiles (personnes qui demandent une réparation, s’estimant victimes des faits jugés).

550 personnes pourront prendre place dans la salle d’assises qui est équipée d’un box sécurisé pouvant réunir 12 accusés et 10 caméras destinées à assurer son enregistrement historique ainsi que sa retransmission.

Le procès devrait durer huit mois.

Le sondage de la semaine