TRIATHLON EAU D’HEURE - Eau d’heure

Ironlakes: enfin de retour, à la Plate Taille

Ironlakes: enfin de retour, à la Plate Taille

Antoine Didier est annoncé comme un des favoris sur la distance full, le samedi 18 septembre dès 7h00. Amandine Gilson

L’Ironlakes, c’est les 18 et 19 septembre prochains, pour le plus grand plaisir des 2 600 athlètes inscrits sur une des quatre distances, aux Lacs de l’Eau d’Heure.

Après avoir fait l’impasse en 2020, à la suite d’un refus des autorités, l’Ironlakes est enfin de retour les 18 et 19 septembre sur le superbe site des Lacs de l’Eau d’Heure. Le village expo et le départ se font cette fois sur le site du lac de la Plate Taille et plus au Golden Lakes Village.

En manque de compétitions régionales, les athlètes répondent présents à l’appel des organisateurs, l’ASBL Sport & Tourism Promotion, avec à sa tête, Florian Badoux et Denis Detinne. Ils sont plus de 2 600 à participer, sur une des quatre distances proposées.

«Cette année, nous ne proposons plus une seule journée de compétition, comme en 2019, mais un week-end complet, avec, le samedi, le full distance, et ses 3 800 mètres de natation, ses 174 bornes de vélo de route et enfin, son marathon, soit 42 kilomètres de course à pied dont le départ est donné lors du lever du soleil, à 7 h 00, et le half distance, soit 1 900 mètres, 92 kilomètres et un semi-marathon pour la dernière partie. Le dimanche, place à des épreuves moins longues, avec le sprint, qui sert de support au Championnat de Belgique sur cette distance, avec 750 mètres de natation, 21 kilomètres de vélo et enfin 5 à pieds et les «DO», pour distance olympique, avec 1 500 mètres de natation, 42 bornes de vélo et 10 à pied», commente Florian.

Didier, parmi les favoris

La clôture des inscriptions est prévue pour le jeudi 9 septembre, et à l’heure actuelle, l’événement n’est pas encore sold out, mais on s’en rapproche doucement. L’épreuve la moins populaire, sans doute aussi car elle est la plus difficile, reste la distance «full» (complète), où il n’y a que 220 concurrents inscrits.

Parmi les favoris, on retrouve notamment Hans Van Den Buverie, vainqueur de l’édition 2019 ou encore le Cinacien Antoine Didier.

«C’est lorsque j’apprends le report des Championnats du Monde d’Ironman, pour lesquels je suis qualifié depuis 2019, que je prends contact avec Florian Badoux pour participer à l’épreuve complète. L’idée est alors de me permettre de ne pas avoir fait tout cet entraînement pour rien. C’est un mois plus tôt que les Mondiaux, et la préparation n’est pas optimale, mais je pense que nous allons vivre une grande fête du triathlon et je suis ravi d’être de la partie», raconte celui qui jouera sans aucun doute la tête.

Belle bagarre annoncée

Sur le «half distance» (semi), la bagarre risque d’être belle, notamment entre deux régionaux, le Landennais Boris Rolin, tout juste vainqueur de l’Ironman de Vichy, ou encore Victor Alexandre, qui ne cesse de progresser depuis plusieurs mois et signe une 12e place la semaine dernière lors du Triathlon de Gérardmer.

Chez les dames, Alexandra Tondeur, marraine de l’événement, est également annoncée au départ, qui se donne à 11 h 00, tout comme Ophélie Saussus, la Rochefortoise.

Dimanche, le «Sprint» se fait sous la forme de quatre départs, avec les messieurs à 9 h 00 et les dames à 9 h 15 qui jouent le titre et puis à 9 h 30 et 9 h 35, les hommes et les femmes de l’épreuve «open».

Le «DO» clôturera ce long week-end de triathlon à 14 h 30.

Nos dernières videos