SPORT

Les Jeux Paralympiques 2020 se terminent avec un record belge de 15 médailles et beaucoup d’émotions

Les Jeux Paralympiques 2020 se terminent avec un record belge de 15 médailles et beaucoup d’émotions

Les Jeux paralympiques de Tokyo 2020 se clôturent ce dimanche avec un bilan record de 15 médailles pour la Belgique, dont 4 en or avec les deux titres de Michèle George en para-dressage (en individuel test et freestyle, grade V), celui en tennis de table de Laurens Devos (classe 9) et celui de Peter Genyn sur le 100m en fauteuil roulant en athlétisme. Montage EdA (Photo News/Belga)

Les Jeux Paralympiques ont offert à la Belgique une moisson de 15 médailles (quatre en or, trois en argent et huit en bronze), un record, mais aussi beaucoup d’émotions diverses alors que l’édition 2020 reportée d’un an à l’instar des JO en raison de pandémie de coronavirus, s’achève au stade Olympique de Tokyo ce dimanche.

Tout comme il y a cinq ans au Maracana de Rio de Janeiro, Peter Genyn a été désigné porte-drapeau belge lors de la cérémonie de clôture deux jours après sa médaille d’or sur le 100m en fauteuil roulant en athlétisme. Un succès qui lui permettait de conserver son titre et d’ajouter une deuxième médaille à son cou après l’argent sur 200 mètres plus tôt dans la semaine.

Peter Genyn (T51) est ainsi l’une des quatre médailles d’or récoltées dans la capitale japonaise par la Belgique avec les deux titres de Michèle George en para-dressage (en individuel test et freestyle, grade V) et celui en tennis de table de Laurens Devos (classe 9).

Les Belges sont montés trois fois sur la deuxième marche du podium pour aller chercher l’argent. Ewoud Vromant (C2) dans le contre-la-montre en cyclisme sur route, Tim Celen (T2) dans la course en ligne de cyclisme sur route, et donc Peter Genyn (200m T51 en fauteuil roulant en athlétisme)

Manon Claeys en para-dressage (en individuel test et freestyle grade IV), Roger Habsch (100m et 200m T51 en fauteuil roulant en athlétisme), Maxime Hordies (H1) et Tim Celen (T2) en contre-la-montre sur route en cyclisme, Florian Van Acker (tennis de table) ainsi que Griet Hoet et Anneleen Monsieur, dans le km en contre-la-montre sur la piste, qui avaient ouvert le compteur des médailles belges, se sont eux parés de bronze.

«De une médaille à Pékin 2008, nous sommes passés à 7 à Londres en 2012, puis 11 à Rio, et maintenant 15 médailles à Tokyo 2020», s’est réjoui le Comité Paralympique belge qui a dû gérer de nombreuses situations durant cette quinzaine.

Avant sa médaille d’argent dans le chrono sur la route, Ewoud Vromant avait, pensait-il, amélioré son record du monde en qualifications sur la piste dans la poursuite sur 3.000m mais, pour une mauvaise position sur la selle, fut disqualifié.

Peter Genyn a cru lui que le monde s’écroulait quand il a retrouvé son fauteuil roulant avec trois pneus crevés et un cadre tordu à 45 minutes de son 100m en athlétisme.

La grosse frayeur est venue de Joachim Gérard, non pas tant de son élimination précoce en 8es de finale du simple et en quarts de finale du double, mais le champion de tennis en fauteuil roulant, vainqueur à l’Open d’Australie et Wimbledon, finaliste à Roland Garros, a été victime d’un malaise mercredi l’amenant d’urgence à l’hôpital où il est en observation pour des problèmes cardiaques, a priori. Il doit faire l’impasse sur l’US Open.

Le chef de mission se dit «très heureux»

Olek Kazimirowski, le chef de mission de la délégation belge aux Jeux Paralympiques de Tokyo qui s’achèvent ce dimanche, s’est montré «très heureux» au moment de tirer le bilan soldé à quinze médailles, au-delà des prévisions (10 médailles).

«Pas que nous ne soyons pas bons dans les prévisions, mais nous sommes restés prudents», a plaisanté Olek Kazimirowski. «Nous ne voulions pas mettre trop de pression sur les athlètes. Si les attentes sont trop élevées, cela peut jouer sur les résultats. En plus, il y a eu très peu de compétitions avant ces Jeux en raison de la crise sanitaire et c’était assez difficile de faire des prévisions. Dix médailles, cela nous semblait faisable. Nous sommes donc bien sûr très heureux avec quinze. De plus, beaucoup ont disputé leurs premiers Jeux ici. Ce qui veut dire aussi que la plupart seront encore à Paris en 2024».

Quinze médailles - quatre en or, trois en argent et huit en bronze - et beaucoup de moments forts, Olek Kazimirowski a du mal à en choisir un en particulier. «Il y a eu tellement de beaux moments. La médaille (en bronze) du tandem Griet Hoet et Anneleen Monsieur est très belle. Elles ne s’y attendaient pas. La victoire de Peter Genyn au 100 mètres, avec le bronze de Roger Habsch dans la même course, est également très belle. Nous avons pu décrocher deux médailles directement après les difficultés rencontrées juste avant la course.»

La grosse ombre au tableau concerne bien sûr l’état de santé de Joachim Gérard, emmené d’urgence à l’hôpital mercredi après avoir fait un malaise. «C’était effectivement très effrayant pour nous. Maintenant il se repose à l’hôpital et rentrera ensuite bientôt sagement en Belgique. Il va mieux. Sportivement, la disqualification d’Ewoud Vromant dans la poursuite individuelle sur 3 km a certainement été la plus grosse déception. Il avait de grosses ambitions pour aller chercher la médaille d’or. Nous avons tout essayé, mais nous n’avons rien pu faire pour changer la décision. Je suis très heureux qu’il ait quand même réussi à remporter une médaille ensuite dans le contre-la-montre.»

Ces Jeux Paralympiques, comme les JO, se sont déroulés sans spectateurs et dans des conditions de strictes mesures sanitaires. «L’organisation japonaise a fait un excellent travail», a estimé encore Olek Kazimirowski. «Les nombreux tests ont permis de garantir très peu d’infections dans le Village paralympique et sur les sites. C’était contraignant, mais le plus important est que les Jeux se soient bien déroulés. Les Jeux représentent l’aboutissement de quatre années - cinq cette fois-ci - de travail acharné. Nous sommes très heureux qu’ils aient pu se dérouler. «

Paris 2024, c’est désormais dans trois ans, mais le chef de mission du Team Belgium ne veut pas s’avancer. «Nous ne parlons pas encore d’ambitions. Nous allons d’abord consacrer un maximum d’énergie pour porter les athlètes à leur meilleur niveau. Nous voulons aussi élargir la base. L’attention médiatique va s’accroître aussi pour Paris, vu que nous sommes voisins. Et les possibilités vont être très grandes».

La Belgique termine à la 31e place du tableau des médailles

Avec ces 15 médailles, la Belgique termine à la 31e place du tableau des médailles des Jeux Paralympiques de Tokyo 2020.

La Chine est la première au tableau avec 207 médailles (96 en or, 60 en argent et 51 en bronze) devant la Grande-Bretagne 124 (41 en or, 38 en argent et 45 en bronze) et les Etats-Unis avec 104 médailles (37 en or, 36 en argent et 31 en bronze).

La Russie a certes récolté plus de médailles que la délégation américaine (118), mais le classement s’effectue sur le nombre de médaille d’or et la Russie avec 36 titres olympiques est ainsi 4e (avec 33 médailles d’argent et 49 en bronze).

Les Pays-Bas complètent le top 5 avec 59 médailles, 25 en or, 17 en argent et 17 en bronze.

L’Allemagne est 12e avec 43 médailles (13 en or, 12 en argent et 19 en bronze) juste derrière le Japon, 11e (51 médailles, 13 en or, 15 en argent et 23 en bronze). La France est de son côté 14e avec 54 médailles (11 en or, 15 en argent et 28 en bronze).

Nos dernières videos