WALLONIE

La commission d’enquête sur les inondations est installée

La commission d’enquête sur les inondations est installée

Tandis que la tâche de reconstruction reste énorme sur le terrain, la commission parlementaire chargée de comprendre ce qui s’est passé a été installée. Photo News

La commission d’enquête parlementaire sur les inondations de juillet dernier est installée. Les premières auditions auront lieu le 10 septembre. Pour planter le contexte avant d’aborder les événements et leur gestion par la suite.

La commission d’enquête sur les inondations meurtrières qui ont touché la Wallonie à la mi-juillet a été installée ce jeudi matin.

Présidée par le socialiste Jean-Claude Marcourt, elle aura pour tâches de faire la lumière sur ces événements tragiques, leur gestion et le contexte (climatique, urbanistique, organisationnel quant à la gestion de crise) dans lesquels ils sont survenus.

Les commissaires et leurs suppléants sont issus des partis de la majorité et de l’opposition. Pour cette dernière, le PTB aura d’ailleurs un poste de vice-président avec Julien Liradelfo (avec Sabine Laruelle pour le MR), tandis que le cdH aura Marie-Martine Schyns pour rapporteur (avec Olivier Biérin pour écolo).

Comprendre le contexte: premières auditions le 10 septembre

Les travaux sont prévus jusqu’en décembre au moins et auront lieu chaque vendredi (et éventuellement le jeudi). La première session aura donc lieu le 10 septembre et servira à comprendre le contexte général dans lequel l’événement climatique extrême de la mi-juillet est survenu.

C’est dans cette optique que les commissaires entendront successivement:

– Sylvie Marique, la secrétaire générale du SPW concernant l’organisation des services publics de Wallonie qui ont dû intervenir lors des inondations ainsi que les interactions avec les différents niveaux de pouvoir. Une intervention qui ne concernera pas la période du 10 au 27 juillet, a cependant précisé Jean-Claude Marcourt. Il s’agit bien pour les commissaires de prendre connaissance d’éléments de contexte. Pour ce qui est des événements même, la patronne du SPW sera plus que probablement invitée à revenir ultérieurement.

Avec sa casquette de commissaire spéciale à la reconstruction, Sylvie Marique fera cependant, dès vendredi prochain, un état des lieux des dégâts.

– Aline Thiry, chargée de recherche et assistante au SPIRAL de l’Université de Liège, abordera les questions de gestion de crise et de planification d’urgence.

– Xavier Fettweis, climatologue de l’ULiège, apportera les éléments de contexte concernant le climat.

– Aurore Degré, de Gembloux Agro-Bio Tech, spécialiste de la physique des sols, abordera la thématique des échanges eau-sol.

– Michel Pirotton, professeur à la faculté des Sciences appliquées de l’ULiège, abordera la question des bassins versants.

Tous ces intervenants seront donc là pour planter le décor et permettre aux commissaires d’avoir les éléments généraux leur permettant de mieux comprendre le contexte dans lequel ont eu lieu ces inondations et la gestion de crise qui a suivi.

«L’idée est de démarrer d’une feuille blanche pour aller de l’abstrait vers le concret des inondations», a indiqué le président de la commission d’enquête, Jean-Claude Marcourt. Qui, pour ce qui est donc du concret, a demandé aux différents groupes politiques de lui soumettre pour mardi prochain une liste d’intervenants qu’ils souhaitent auditionner lors de leurs travaux.

À noter que, pour éviter les interférences avec l’enquête judiciaire qui a été ouverte concernant ces inondations, la commission parlementaire sollicitera l’aide d’un magistrat de référence auprès du 1er président de la cour d’Appel de Liège.

Nos dernières videos