article abonné offert

COUVIN

Une superbe 2e balade des lanternes

Couvin a vécu sa seconde parade des lanternes! L’idée est de faire défiler des centaines de lampes artisanales lors d’un défilé en musique.

Peu avant 21 h ce samedi soir, dans la cour de l’école Saint-Joseph de Couvin, l’obscurité tombe soudainement comme le rideau rouge d’une scène de théâtre. Les dernières familles s’affairent pour récupérer la lanterne que leur enfant a fabriquée dans son école il y a plus d’un an déjà. Le cortège se constitue petit à petit dans une ambiance bon enfant. Au portail de l’établissement scolaire, les musiciens du groupe brésilien Batuqueria égrainent déjà depuis quelques minutes des airs qui sentent bon les plages de sable fin de Rio de Janeiro. Chacun martèle le sol des pieds sous des rythmes latinos. Soudain, un coup de sifflet retentit. Le cortège s’ébranle alors d’un pas lent et chaloupé. Il va faire show à Couvin!

Pêle-mêle, les familles se mélangent avec les participants, vêtus de blanc comme souhaités par les chevilles ouvrières de cet événement atypique, Annick Lottin et Jean-Michel Caron, qui tendent craintivement la main pour sentir d’éventuelles gouttes de pluie qui ne viendront heureusement pas perturber la balade. Tous deux sont les animateurs des ateliers organisés dès le début de juillet par le Centre culturel de Couvin et le Kraak pour qu’enfants ou adultes puissent fabriquer leur propre lanterne: «Il ne faut pas grand-chose pour les fabriquer ces lumignons», explique Annick Lottin. C’est une technique écossaise pour laquelle on utilise de l’osier, du tape et du papier de soie. On y ajoute une branche de bambou et une bougie solidement fixée à l’intérieur. Le bricolage est accessible à tous, ce qui ouvre cette parade à toutes les couches sociales de la population couvinoise.» Ce qui est par ailleurs l’un des objectifs des organisateurs: fédérer tous les Couvinois autour d’un projet festif, éphémère, pétillant et qui fait rêver petits et grands. Si quelques œuvres plus volumineuses sont portées lors du cortège, notamment par les Maisons des jeunes de Chimay et le MJ404 de Couvin, la plupart sont déjà installées directement dans le parc Saint-Joseph, duquel sera tiré le feu d’artifice offert par la Ville de Couvin. Elles sont en plus munies de lampes led et de batteries.

Sur les trottoirs des rues empruntées par le cortège lumineux, c’est par centaines que les spectateurs ont les yeux éblouis par le défilé, déjà initié pour la première fois par Annick Lottin à Hotton en 2001. Chacun y va de son commentaire élogieux. C’est un enchantement pour quelques instants. Chacun oublie ses tracas quotidiens et se laisse emporter par ces rythmes venus d’ailleurs qui incitent à esquisser un pas de danse. Ce que ne manquent pas de faire quelques spectatrices.

Parmi le millier de participants au défilé, beaucoup de familles couvinoises, bien entendu, mais également des petits enfants venus spécialement chez leurs grands-parents afin de prendre part à ce moment magique. Plus incongru, c’est la dizaine de jeunes Afghans, demandeurs d’asile de Fédasil, tout heureux de s’intégrer dans ce cortège et de s’être portés volontaires pour aider au transport de tout le matériel nécessaire à cette organisation.

«C’est une organisation de longue haleine que nous montons tous les 3 ans. Nous n’avons pas pu la mettre sur pied l’année passée. Mais, en principe, la prochaine balade des lanternes se tiendra en 2024», espère Annick Lottin, qui se réjouit du parfait déroulement de celle-ci.

Et une spectatrice de conclure: «C’est dommage qu’il faille attendre 3 ans. On ferait bien ça tous les mois, tellement c’est magnifique!»


Nos dernières videos