MONDE

France: nouveau samedi de mobilisation anti-pass sanitaire

À l’approche de la rentrée, les opposants au pass sanitaire et à toute obligation vaccinale contre le Covid ont manifesté dans le calme samedi en France, beaucoup rejetant farouchement la vaccination des enfants et adolescents.

Samedi dernier, le ministère de l’Intérieur avait recensé 214.845 manifestants, en légère baisse par rapport à la semaine précédente. Le collectif militant Le Nombre Jaune avait dénombré 388.843 participants, également en légère décrue par rapport aux 415.000 qu’il avait comptés le samedi précédent.

Pour ce sixième week-end de mobilisation consécutif, des défilés ont de nouveau eu lieu du nord au sud, sans débordements.

«Vaccinez-vous si vous voulez, mais on est contre un pass à l’hôpital ou pour aller faire ses courses, on demande l’abrogation de la loi», a clamé à Pau (77.000 habitants) une des figures emblématiques du mouvement des «gilets jaunes», Jérôme Rodrigues, face à 2.700 manifestants selon la police.

Le pass sanitaire a été étendu depuis lundi à plus de 120 grands centres commerciaux et magasins de région parisienne et de la moitié sud de la France. Il peut s’agir d’une preuve de vaccination complète, d’un test antigénique de moins de 72 heures ou d’une preuve de maladie dans les six derniers mois.

A Lille, le cortège - de 3.200 personnes selon la préfecture - avançait derrière la pancarte «Dégageons Macron avec son pass et ses réformes à la con».

Apparaissaient quelques pompiers ainsi que des soignants - soumis à la vaccination obligatoire - telle une femme en blouse blanche, brandissant la pancarte «hier héros, aujourd’hui salauds? Je vais être virée!»

Parmi les manifestants, bon nombre de parents et grands-parents s’inquiétaient de l’éventuelle extension de la vaccination aux enfants de moins de 12 ans.

Cette mesure n’est «pas d’actualité» en France, avait assuré jeudi le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer.

Les 12-17 ans peuvent se faire vacciner depuis la mi-juin et 55% d’entre eux ont déjà reçu une dose.

Selon les autorités, ils étaient 4.100 à manifester à Strasbourg, 3.400 à Bordeaux et à Toulouse, 3.000 à Bayonne, 2.500 à Nice, 2.300 à Nantes ou encore 2.000 à Caen. Les préfectures ont constaté un reflux à Toulon (avec 6.000 participants) mais une augmentation à Montpellier (9.500).

Les manifestants parisiens se divisaient en quatre rassemblements, dont deux à l’initiative de collectifs de «gilets jaunes» et un à l’appel de Florian Philippot, ex-numéro 2 du Front national, chef de file des «Patriotes».



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos