article abonné offert

BANDE DESSINÉE

PHOTOS | Antoing a rendu hommage à l’enfant du pays, Raoul Cauvin

Décédé à l’aube de ses 82 ans, Raoul Cauvin laisse derrière lui quelque 100 000 gags et 50 millions d’albums vendus, mais aussi un square à son nom dans sa ville natale du Pays Blanc. Une gerbe de fleurs a été déposée, ce vendredi après-midi, au pied du totem à son effigie.

S’il avait quitté sa ville natale d’Antoing depuis déjà de très nombreuses années, après ses études en lithographie publicitaire à l’Institut Saint-Luc, Raoul Cauvin n’aura jamais oublié son Pays blanc. Le Nivellois d’adoption y revenait de temps à autre pour voir sa famille et ses amis.

Et c’est d’ailleurs là qu’il a vécu sa dernière apparition publique le 30 avril dernier. Quelques jours plus tard, il annonçait être atteint d’un cancer incurable, ne lui laissant plus que quelques mois à vivre. Sans doute déjà affaibli par la maladie, mais sans rien laisser paraître, il avait tenu à revenir sur ses terres natales pour inaugurer ce square à son nom qui regroupe cinq fresques aux couleurs ses grands succès, soit Les Femmes en blanc, Pierre Tombal, Les Tuniques bleues, L’Agent 212 et Cédric.

«Lorsque je suis devenu bourgmestre, j’ai été interpellé par Alain Valemberg qui souhaitait que la Ville d’Antoing mette à l’honneur l’un de ses illustres enfants, se rappelle, ému, Bernard Bauwens. Je connaissais bien évidemment les bandes dessinées de Raoul Cauvin, et j’en étais un fervant lecteur. J’ai donc pris contact avec lui et au fil des rencontres, une relation s’est nouée entre nous. Je lui avais promis que l’on ferait quelque chose à la hauteur de son talent et de sa renommée. Il n’y croyait pas trop, pensant à une promesse d’un politique… Aujourd’hui, je suis heureux d’avoir pu mener à bien ce projet et qu’il ait pu vivre cette inauguration. Ce jour-là, Raoul avait été émerveillé par le square et il avait du mal à réaliser qu’une place en son honneur lui était dédiée de son vivant. Il était aussi content de revenir chez lui et de revoir sa famille, ses amis de l’époque… pour évoquer des souvenirs. Il restait attaché à ses racines et à ce qu’il avait vécu à Antoing. C’est un grand Monsieur qui nous a quittés et nous sommes tristes. Il est difficile d’imaginer que l’homme aux 100 000 gags ne nous fera plus jamais rire avec de nouveaux scénarios et qu’il ne m’enverre plus ses petits messages sous forme de BD. Grâce à ces fresques et à ce square, nous penserons encore longtemps à lui et il restera à jamais gravé dans le cœur des Antoiniens et des amateurs de bande dessinée.»

Ayant dû vivre cette cérémonie d’inauguration en comité restreint en raison des restrictions sanitaires, la Ville d’Antoing avait annoncé vouloir organiser, en présence du public, une belle fête en l’honneur de l’enfant du pays. «Le destin en a décidé autrement, regrette le bourgmestre. Nous maintenons cette idée de fête, et ce sera l’occasion de rendre un bel hommage à ce scénariste à l’humour qui aura marqué plusieurs générations.»


Nos dernières videos