AMAY

PHOTOS | Un nouveau quartier à l’ancien Prieuré pour 2024

Horizon Groupe, propriétaire du Prieuré d’Amay, a déposé son permis pour détruire des bâtiments existants et construire 51 logements et une maison médicale au cœur d’un vrai parc. Enquête publique dès lundi.

Enfin… Le Prieuré d’Amay, à l’abandon depuis l’arrêt de la maison de repos et qui était devenu un chancre à proximité immédiate du cœur de la cité, devrait bientôt pouvoir connaître une deuxième vie. Du moins, c’est l’intention affichée par Horizon Groupe qui vient de déposer une demande de permis pour la démolition de bâtiments et la construction d’un ensemble de 51 logements (40 appartements, 3 studios, et 8 maisons) et d’une maison médicale, rue des Larrons et rue Pascal Dubois. Un projet colossal s’il en est et dont l’importance (autant symbolique qu’au niveau de l’apport en logements dans le centre amaytois) pousse le collège communal à étendre les mesures de publicité et à procéder à une enquête publique qui se déroulera du lundi 23 août au 10 septembre 2021. Le dossier pourra être consulté sur rendez-vous au service Urbanisme (uniquement sur rendez-vous au 085/830834) mais une vidéo postée sur le site internet de la commune donne déjà un bel aperçu du futur visage de ce qu’on pourrait considérer comme un nouveau quartier du centre amaytois.

Laurent Minguet: «J’aimerais débuter le chantier début 2022»

Elle offre ainsi une vue d’ensemble du site avec une volonté manifeste d’intégration du bâti dans ce qui sera à considérer comme le parc d’Amay avec les coteaux boisés, la clairière, le verger, le vide-bouteille et sa terrasse, la plaine de jeux et un potager communautaire. «Cette partie supérieure du site étant sympathique en soi, il était plus approprié d’en faire un espace détente pour la population plutôt qu’encore y ajouter du logement, explique Laurent Minguet, l’administrateur d’Horizon Groupe qui avait racheté le Prieuré il y a une dizaine d’années. Avec 51 logements, le projet m’a l’air bien équilibré. On a réduit la programmation par rapport aux premiers plans qui ambitionnaient 70 à 80 logements. Trop densifier n’est pas toujours optimal. Oui, on peut parler d’un nouveau quartier avec un accès à tous les services. J’aimerais débuter le chantier début 2022 si tout se passe bien au niveau de l’obtention du permis. Après deux ans de travaux, les logements pourraient être livrés. On sera sur des appartements de très bonne conception et de taille modeste entre 80 et 90 m2 pour maîtriser les prix, même s’ils sont quand même à 200 000€ (HTVA) sur le marché.»

Si ce n’est la maison canoniale qui sera maintenue sur recommandation des autorités locales, le projet repose sur de la nouvelle construction. Une fois l’entrée franchie par le porche côté place d’Amay, on se retrouvera sur une placette cerclée par 4 maisons, la maison canoniale (5 appartements) et, à la place de l’aile principale de l’ancien Prieuré (à détruire), un bâtiment avec parking enterré (9 appartements, 3 studios). Ensuite, un nouveau bloc (9 appartements) sera construit à côté de la maison canoniale, sous le futur jardin communautaire. Et c’est un peu plus loin, en contrebas du verger, que se situera une unité composée de 17 appartements et du cabinet médical. Enfin, 4 maisons s’aligneront du côté de l’entrée par la rue des Larrons.

L’ensemble du projet sera orienté vers le développement durable avec récolte et valorisation de 100% des eaux de pluie par des citernes collectives, des toitures solaires photovoltaïques, un réseau de chaleur biomasse et des parkings pour vélos électriques et voitures partagées électriques. «Le projet répond à nos recommandations notamment sur les aspects naturels et l’accès aux coteaux, la sauvegarde de la maison canoniale, du porche d’entrée et du vide-bouteille qui accueillera un petit musée sur l’historique des lieux, sans oublier la maison médicale. Après 14 ans d’inoccupation à la merci de vandales, il est temps de redynamiser le site», se réjouit Didier Lacroix, l’échevin de l’Urbanisme à Amay.


Nos dernières videos